Archives
20 juillet 2014

Torse nul

La chronique de Martina Chyba, journaliste et productrice à la RTS.

Martina Chyba, journaliste et productrice à la RTS.
Martina Chyba, journaliste et productrice à la RTS.

Comme toute mère de famille monoparentale avec deux ados et un travail à plein temps, je passe ma vie à courir. Le pire étant que l’une des choses qui me détend, c’est de courir. Donc entre midi et deux par exemple, je cours courir. Et lorsque je cours, je porte un t-shirt, un machin dry fit qui sèche sur moi tout seul, et dont le tissu doit être composé de euh… je ne sais pas moi, de pétrole… parce que ça sent bizarre après quelques dizaines de lavages, bref. Certaines filles plus dévergondées courent avec des débardeurs, des brassières. Mais aucune ne court seins nus.

Parce que les messieurs oui. Ah c’est spectaculaire: un demi-rayon de soleil et tchac! on enlève le haut. Alors nous sommes d’accord, le vrai beau temps est rare dans ce coin de pays, vous savez ce que l’on dit à Genève, quand on voit bien le Salève c’est qu’il va pleuvoir, et quand on ne voit pas bien le Salève… c’est qu’il pleut. Mais enfin ce n’est pas une raison.

Désormais, les garçons courent torse nu, font les barbecues torse nu, jouent au foot torse nu, on a l’impression d’être tout le temps à la piscine. A croire qu’il n’y a qu’au lit qu’ils gardent leur pyjama (je plaisante). La FIFA a même dû édicter un règlement pour que les joueurs n’enlèvent pas leur t-shirt lorsqu’ils marquent un but. Est-ce que nous, on montre nos seins quand on un marque un but?? Alors!?

Amis de sexe masculin, nous avons compris depuis la fin des années 1980 que bronzer seins nus était nul. Nous aussi on croyait que c’était fun de se promener avec juste un petit maillot échancré en bas, comme Valérie Kaprisky dans L’Année des Méduses. Mais nous avons percuté sur deux obstacles:

a) nous ne sommes pas toutes fichues comme Valérie Kaprisky, de même que vous n’êtes pas tous fichus comme Ronaldo, sauf votre respect.

b) C’est dangereux, because les rayons UVA, UVB et tout le reste de l’alphabet fabriquent sur vos jolies épaules de moches cancers. Alors comme on vit déjà bien plus vieilles que vous et qu’à partir de 70 ans une femme sur deux se retrouve seule, si vous pouviez faire l’effort de remettre votre orgueil exhibitionniste dans votre culotte (ou plutôt sous votre t-shirt) pour avoir une chance de rester avec nous le plus tard possible, nous vous en serions éternellement reconnaissantes. Et gardez vos torses nus pour la chambre, car là, le seul soleil qui brûlera votre peau, c’est nous.

© Migros Magazine – Martina Chyba

Nos chroniqueurs sont nos hôtes. Leurs opinions ne reflètent pas forcément celles de la rédaction.

Auteur: Martina Chyba