Archives
15 décembre 2016

Médiaboliques

J’ai beaucoup de défauts. Femme, d’origine étrangère, blonde, vieillissante, divorcée, scootériste, hypertendue, orgueilleuse, pas sur Facebook, et surtout journaliste.

Martina Chyba, journaliste et productrice à la RTS.
Martina Chyba, journaliste et productrice à la RTS.

Avant c’était super d’être journaliste: «Tu fais quoi? Journaliste? Ah trop bien!» Aujourd’hui, c’est tout juste si on ne nous lance pas des pierres. Manquerait plus que je sorte avec un mec qui dirige un institut de sondage, ce serait le pompon.

Parce que tout est de notre faute, voyez.

On n’a rien vu venir, on est trop à gauche, on est trop à droite, on est vendus (dites-moi à qui alors, ça m’intéresse, en vingt-sept ans je n’ai jamais reçu autre chose qu’une bouteille ou un stylo), on fait partie du complot, on couche avec les politiques (ça non plus je n’ai pas souvenir), on ne parle que de ce qui va mal, on ne parle pas assez de ce qui va mal, bref on est nuls. En fait, c’est rigolo, Trump, Brexit, Fillon, c’est la faute à tout le monde sauf aux gens qui ont voté, en gros.

Alors c’est vrai, il arrive qu’on se plante, et quand c’est le cas on s’excuse.

Donc d’accord, sur Trump je me suis aussi «trumpée», je n’y croyais pas (je n’y crois toujours pas d’ailleurs)

et Fillon je pensais que ça datait du siècle dernier, voire du précédent… à chacun sa croix.

Mais ma fierté de 2016 (on a les fiertés qu’on peut), c’est d’avoir dit que le vieux monsieur écolo gagnerait en Autriche. Ça doit être mes lointaines origines habsbourgeoises, j’ai senti que chez les casques à boulons (vous savez ce qu’on dit, là-bas pour un mal de tête, c’est quatre aspirines, une pour chaque coin), il n’y a pas que des nostalgiques du Troisième Reich. Le fait que l’Autriche soit le pays qui a mis la gauche verte au pouvoir juste là maintenant est quand même le witz de l’année.

In Strudelauxpommes we trust.

Il paraît aussi que nous, journalistes, on fait partie de «l’establishment» et «des élites». Ahahahaha. Elle est bonne celle-là. Mes enfants ont toujours fréquenté l’école publique, ceux de Trump, ils vont où à votre avis? On s’amuse à comparer nos revenus? Notre influence? On plaisante là, ou bien? Nous sommes des bobos de l’establishment coupés des vraies gens? Si ne pas trouver cool que quelqu’un soit raciste, misogyne, vénal, homophobe, climatosceptique et se foute de la gueule des handicapés, c’est être un bobo de l’establishment, alors OK. Plutôt bobo que bobeauf!

Nan sérieusement. Nous ne faisons pas l’histoire, nous la commentons. Et nous allons continuer, les amis. La tête haute, car nous aimons notre métier. Face à ceux qui voudraient que les médias soient sous contrôle, ou disparaissent, face à ceux qui voudraient nous attraper par la chatte (désolée, c’est pas moi qui l’ai dit), nous ne nous déculotterons pas, mais nous arriverons à montrer que oui, nous avons quelque chose entre les jambes. Rendez-vous en 2017!

© Texte: Migros Magazine - Martina Chyba

Auteur: Martina Chyba