Archives
15 février 2016

Mélanie Meillard, une skieuse qui vaut de l'or!

A 17 ans, la Neuchâteloise Mélanie Meillard défend brillamment les couleurs de la Suisse aux Jeux olympiques de la jeunesse à Lillehammer en Norvège. Sa passion? La montagne, synonyme pour elle de liberté.

Mélanie Meillard skie dans les traces de Lara Gut et de Didier Cuche.
Mélanie Meillard skie dans les traces de Lara Gut et de Didier Cuche.

Difficile à harponner, Mélanie Meillard! Un rendez-vous était prévu à son domicile d’Hérémence (VS), mais la skieuse de 17 ans s’est vue contrainte d’annuler. Il faut dire qu’entre les compétitions inhérentes à la saison, les entraînements (sujets à modification, météo capricieuse oblige) et son apprentissage de gestionnaire de commerce de détail à Sion, son emploi du temps est bien chargé. C’est finalement à l’issue d’une journée sur les pistes de Hoch-Ybrig, dans le canton de Schwytz, que nous l’avons attrapée au téléphone.

Voix enjouée et rire facile, la jeune fille – qui défend brillamment les couleurs de la Suisse aux Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) à Lillehammer en Norvège – (lire les résultats ci-contre) assure se débrouiller pour concilier les multiples facettes de son existence. Et n’a pas du tout l’impression de passer à côté de sa vie d’adolescente. «Même si je ne suis pas souvent à la maison, j’arrive quand même à voir mes amis! Et puis, j’ai de la chance, mon employeur est très flexible: je peux facilement prendre congé pour m’entraîner.»

Bien sûr, reconnaît-elle, il lui arrive souvent de louper les cours à l’école, mais elle parvient toujours à rattraper son retard.

J’ai réussi sans problème ma première année, il n’y a pas de raison que je loupe la deuxième.»

Pas question pour elle en effet de passer à côté de son diplôme: «A mon âge, je ne peux pas me permettre de me consacrer uniquement au sport. Et comme ça, j’aurai un papier si un jour je dois arrêter le ski.»

De ce côté-là, elle n’a pour l’instant pas beaucoup de souci à se faire. Outre sa sélection aux JOJ, elle enchaîne depuis plusieurs années d’excellents résultats en compétition, en Suisse comme à l’étranger. L’emportant même sur des adversaires plus âgées qu’elle. Sa plus belle victoire? Difficile à dire… Peut-être bien la première place décrochée l’an dernier en slalom géant, aux Championnats suisses junior. Ou encore celle obtenue en 2014 au Trophée Topolino, l’une des compétitions internationales les plus importantes pour les moins de 16 ans, qui se déroule chaque année en Italie.

Mais au final, je ne fais pas vraiment de distinction entre les courses. Et chaque succès, quel qu’il soit, est très plaisant.»

Une famille de skieurs

Neuchâteloise d’origine, Mélanie a déménagé en Valais il y a quelques années avec sa famille. Il faut dire que chez les Meillard, on s’adonne au ski avec passion! «Mes parents ont toujours aimé ce sport et j’ai moi-même commencé quand j’avais 2 ans. On se rendait tous les week-ends à la station des Collons (VS). Je m’en suis rapidement assez bien sortie.» Quant à son frère aîné Loïc, il se distingue lui aussi sur les pistes et vit actuellement une saison prometteuse. «C’est une grande aide pour moi qu’il évolue dans le même sport, déclare la petite sœur. Si j’ai une question ou un coup de blues, je sais que je peux compter sur lui.»

Avec deux enfants évoluant depuis belle lurette en compétition, pas étonnant que la petite famille se soit ainsi rapprochée de la montagne. D’autant qu’ils s’y sentent tous les quatre dans leur élément. «Ensemble, nous pratiquons toutes sortes d’activités comme la marche, le vélo, la grimpe», raconte l’adolescente. Et de préciser: «Bien sûr, je n’ai rien contre un séjour au bord de la mer. Mais pour moi, la montagne est synonyme de liberté.»

Quand je ne skie pas pendant plusieurs jours, ça me manque, je me réjouis de retourner sur les pistes.»

Pas de regrets donc d’avoir quitté le canton de Neuchâtel: «Nous avons toujours un appartement là-bas et nous y retournons avec plaisir quand nous avons le temps.»

Lara Gut et Didier Cuche comme modèles

Mais au fait, Mélanie Meillard se considère-t-elle comme la future Lara Gut? «Sûr que j’aimerais bien arriver un jour à son niveau! A mes yeux, ce n’est pas impossible, mais il faudra voir au fil du temps.» Un autre modèle? En bonne Neuchâteloise, elle évoque bien entendu Didier Cuche. «Je l’ai toujours beaucoup admiré. Mon père le connaît bien et nous nous sommes souvent croisés. Il m’a même donné des conseils…»

Ambitieuse, la jeune skieuse espère bien rapporter une médaille des Jeux olympiques de la jeunesse de Lillehammer.

Je suis fière de représenter la Suisse là-bas, c’est un honneur pour moi! Quoi qu’il arrive, ce sera une bonne expérience…» 

© Migros Magazine - Tania Araman

Auteur: Tania Araman

Photographe: Isabelle Favre