Archives
3 mars 2014

Migros promeut la livraison à vélo

Avec son vélo électrique, Roland Ellenberger livre les courses au domicile des clients du magasin Migros de Liestal (BL). Une activité qui permet à ce chômeur de longue durée d’entrevoir de nouvelles perspectives d’avenir.

un coursier vélo charge un sac de courses dans la remorque attachée à son vélo
Roland Ellenberger peut transporter jusqu’à 50 kg de courses par trajet.

Roland Ellenberger, 46 ans, tourne à droite et parque son vélo électrique avec précaution devant le magasin Migros de Liestal (BL). «Ah! il y a du travail», s’exclame-t-il dès qu’il aperçoit le sac rouge qui l’attend au rayon fleurs. Il salue amicalement la vendeuse puis jette un œil sur le bon de livraison. Il dispose ensuite soigneusement la marchandise dans la remorque attachée au vélo et en rabat la capote. «Destination Munzachstrasse!» lance-t-il avant de se mettre en selle.

Roland Ellenberger travaille pour Velostation Liestal Sàrl (page en allemand) depuis novembre 2013. Dans le cadre d’un programme de réinsertion pour les personnes à l’aide sociale, il œuvre au sein de cet atelier de réparation de bicyclettes et se charge des livraisons depuis Noël dernier.

«Cette activité met un peu de baume au cœur, explique Smadah Lévy, membre de la direction de Velostation Liestal.

L’exercice physique, qui plus est en plein air, a des effets très positifs

sur les personnes en situation précaire. Le poste de coursier change tout de suite leur vie, et ce, de manière radicale.»

Ce n’est pas Roland Ellenberger qui dira le contraire: «C’est tout simplement une très bonne chose.» Désormais, ce chômeur de longue durée a de nouveau un emploi du temps fixe, ce qui est primordial à ses yeux. Et puis il joue un rôle important dans la vie de ses clients, pour la plupart âgés.

«Ils sont contents qu’on leur apporte leurs courses à la maison.» S’ils le souhaitent, Roland Ellenberger porte même les sacs remplis d’articles Migros jusque dans leur cuisine. Pour lui, la discrétion est essentielle. Le respect du travail bien fait aussi: un jour, il a livré un produit défectueux, qu’il est immédiatement allé échanger.

Les efforts physiques ne sont pas un problème

Lors de ses livraisons, Roland Ellenberger prend volontiers un peu de temps pour discuter avec les clients. «S’ils sont satisfaits, je suis comblé.

En échange de cette bonne action, je retrouve la paix intérieure»,

confie-t-il. Son travail, il le voit comme une «répétition» qui lui permettra de se réinsérer dans la vie professionnelle.

Comme il fait aussi beaucoup de vélo pendant son temps libre, les efforts physiques que demande cette activité ne lui posent pas de problème. «Bien sûr, on est contents d’avoir des vélos électriques. On transporte quand même jusqu’à 50 kg par trajet», explique-t-il.

Les livraisons ont lieu non seulement à Liestal, mais aussi dans les communes voisines. Les clients habitent parfois à 5 km du magasin. «Les alentours de Liestal sont vallonnés, on le sent dans les jambes», ajoute-t-il le sourire aux lèvres.

Velostation Liestal possède trois vélos électriques pour les livraisons.

Nous effectuons 6500 trajets par an pour Migros et pour d’autres magasins de la ville.

La tendance est à la hausse», explique Smadah Lévy. Grâce à une participation de Migros aux frais, deux sacs et 20 kg au maximum peuvent être acheminés jusqu’au client pour 3 francs seulement.

Ce dernier reçoit ses articles dans les trois heures, et sur le chemin du retour, les livreurs peuvent rapporter des bouteilles consignées ou de vieux vêtements à recycler.

Des journées mieux structurées

Quatre à cinq personnes sur les vingt-neuf qui travaillent à Velostation Liestal dans le cadre de ce programme de réinsertion se consacrent entièrement aux livraisons. «Notre taux de réussite est très élevé», se réjouit Smadah Lévy. Selon elle, il s’agit avant tout d’offrir une certaine stabilité aux chômeurs, d’utiliser la main-d’œuvre disponible et de structurer le quotidien.

Nous pouvons ramener chaque année plusieurs personnes sur le chemin de l’emploi»,

ajoute-t-elle.

Le sac de courses est maintenant arrivé à destination à la Munzachstrasse. Une dame d’un certain âge réceptionne ses produits en remerciant le livreur, qui s’en va satisfait avant de regarder le ciel devenu menaçant. «J’aime bien être dehors, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige», assure-t-il avec aplomb.

Cet hiver, la météo ne l’a empêché de rouler qu’une seule fois: «Il tombait une pluie verglaçante, nous avons été immobilisés un court moment.»

Auteur: Rolf Zenklusen

Photographe: Basile Bornand