Archives
7 octobre 2013

Migros soutient les stylistes suisses

Entre Genève et Zurich, Mode Suisse présente les travaux des stylistes les plus talentueux du pays, dont la collection de Camille Buhler.

Actuellement à Paris, Camille Buhler effectue un stage auprès du 
collectif Andrea Crews.
Actuellement à Paris, Camille Buhler effectue un stage auprès du 
collectif Andrea Crews. (photo Kai Jünemann)

Si la Suisse est reconnue au niveau international pour la très grande qualité de sa production textile, notamment saint-galloise, force est de constater que les stylistes helvètes eux-mêmes peinent à percer – à la différence par exemple des créateurs belges qui, bien qu’éloignés des grandes métropoles qui font et défont la mode, sont parvenus à se faire un nom.

Initiée par Ursina Widmer et Yannick Aellen, la plateforme Mode Suisse souhaite lutter contre cet état de fait et montrer toute la diversité des couturiers du cru. Deux fois l’an, lors de défilés et de showrooms à Genève et Zurich, ces derniers sont ainsi mis en contact avec les acheteurs professionnels et les fashionistas.

Mode Suisse offre une visibilité bienvenue aux couturiers

Pour la quatrième édition de la manifestation, une vingtaine de designers ont été sélectionnés, dont la Genevoise Camille Buhler, fraîchement diplômée de la Haute Ecole d’art et de design de Genève (HEAD) .«Voir sa collection défiler donne toujours des frissons. C’est un mélange de stress et d’excitation, explique la styliste. A Zurich, j’ai présenté sept tenues issues de ma collection Hasard 3000. Il s’agit de mon travail de bachelor qui se base sur des photos prises à San Francisco et à Genève et qui montrent des objets encombrants abandonnés dans la rue. Ces assemblages aléatoires m’ont inspirée pour créer cette ligne de vêtements. Et pour les ancrer dans le présent, je me suis inspirée, entre autres, des sacs en plastique de la grande distribution.»

On l’imagine facilement: cette collection expérimentale n’a pas été pensée dans un but commercial. «Personnellement, je ne participe pas à Mode Suisse dans le but de trouver des acheteurs, à l’inverse d’autres créateurs qui ont déjà fondé leur propre maison. Pour moi, qui viens de finir mes études, cette plateforme constitue toutefois une grande chance puisqu’elle m’offre une visibilité que je n’aurais pas autrement. C’est un vrai plus pour mon curriculum vitæ.»

Envie de bousculer les codes de la mode masculine

Camille Buhler n’est pas une douce rêveuse. Ainsi, même si elle considère la mode comme un simple médium avec lequel les artistes peuvent s’exprimer, la Genevoise a une vision réaliste du métier. Et sait parfaitement comment elle souhaite approfondir ses connaissances.

«Actuellement, j’effectue un stage de trois mois à Paris dans le collectif Andrea Crews. C’est une petite structure qui mélange art et mode et où tout le monde touche un peu à tout. C’est très instructif et cela me force à me plonger dans la réalité. Par la suite, j’aimerais aussi intégrer une plus grande maison pour perfectionner mes techniques en coupe masculine.»

Car oui, Camille Buhler ne dessine des habits que pour les hommes.

Je ne pourrais pas créer des vêtements pour une femme. J’ai besoin d’avoir une distance avec la personne qui va les porter, explique celle qui s’inspire des artistes contemporains ainsi que de son entourage pour dessiner une collection. Et puis, j’ai l’impression qu’il reste encore pas mal de codes à bousculer dans la mode masculine.

Auteur: Christoph Petermann, Pierre Wuthrich