Archives
16 décembre 2013

Mon beau Noël, de mille lumières tu brilleras

De la classique guirlande aux réalisations plus iconoclastes, les illuminations de Noël sont un incontournable aussi bien dans les rues que dans les foyers. Autrefois dévoreuses d’énergie, elles se font désormais moins gourmandes.

Etoiles lumineuses fonctionnant grâce à l'énergie solaire posées sur le lac près de Montreux.
Des étoiles fonctionnant à l’énergie solaire scintillent sur le lac à Montreux.

Quoi! Un Noël sans illuminations, vous n’y pensez pas! Ceux qui s’y sont essayés dans un souci d’économie des deniers publics et d’énergie ont vite compris la leçon face aux levées de boucliers suscitées par ce type de décision: pas d’avent sans son cortège de guirlandes lumineuses. Au pays du Père Noël, on aime que ça scintille de mille feux. Chalets des marchés de Noël, sapins, arbres, façades de bâtiments, tout est bon à faire briller. A tel point que les guirlandes ne se contentent plus de se déployer uniquement dans les rues et sont désormais entrées dans les foyers pour détrôner les bougies des sapins.

Des animaux fantastiques prennent vie la nuit à Genève. (Photo: D. Wohlschlag/Ville de Genève).
Des animaux fantastiques prennent vie la nuit à Genève. (Photo: D. Wohlschlag/Ville de Genève).

Mais pour quel coût énergétique? Faire scintiller villes et maisons est-ce une aberration écologique? Pas si sûr. L’apparition des LED, des diodes électroluminescentes, et leur récente démocratisation a fortement réduit la consommation d’énergie. Jusqu’à dix fois moins qu’une guirlande à ampoules incandescentes. Les villes ont sauté le pas voici quelques années et les grands centres urbains ne comptent quasiment plus d’ampoules électriques classiques, désormais interdites à la vente.

Guillaume Barazzone, conseiller administratif en charge de l'environnement urbain à Genève.
Guillaume Barazzone: «L’utilisation d’ampoules LED nous a permis d’économiser jusqu’à 80% d’énergie.» (Photo: Patrick Gilléron Lopreno/Ville de Genève)

A Lausanne, les guirlandes LED sont présentes depuis près de dix ans. Idem à Genève où, il y a deux ans, la ville a investi dans cette technologie. En tout, 14 kilomètres de guirlandes ont été installées sur divers édifices début décembre, soit un million de LED. «Notre consommation électrique pour ces illuminations représente 0,01% du volume annuel de la ville. Cela nous a permis de réaliser jusqu’à 80% d’économie par rapport à des ampoules standard», raconte le conseiller exécutif en charge de l’environnement urbain Guillaume Barazzone.

A Genève. (Photo: D. Wohlschlag)
A Genève. (Photo: D. Wohlschlag)

Même démarche à Sion où, hormis quelques guirlandes classiques, les LED tiennent désormais le haut du pavé. Et les économies financières sont au rendez-vous. L’illumination de la cité durant la période des fêtes coûte 1800 francs d’électricité. «C’est peanuts», se réjouit Jérôme Luyet, responsable de l’éclairage public pour Energies Sion région.

2% de la consommation énergétique de décembre

A l’échelon national, l’Agence suisse pour l’efficacité énergétique (S.A.F.E.) a calculé que les illuminations de Noël représentent dans les ménages, les magasins et les espaces publics quelque 100 millions de kilowattheures (kWh), soit 2% de la consommation en électricité de décembre et environ 0,15% de la consommation annuelle. «C’est très peu, reconnaît Giuse Togni, spécialiste de l’éclairage public à l’agence.

Monument paré de guirlandes lumineuses lui donnant des allures d'arbre enchanté.
Féerie genevoise. (Photo: D. Wohlschlag).

Mais le problème, souligne-t-elle, c’est que beaucoup de gens possèdent encore des guirlandes classiques. Et les ménages représentent à eux seuls près de la moitié des éclaireurs de Noël... «Il ne faut pas renoncer aux illuminations, mais faire attention à ne pas exagérer et opter pour des LED», recommande-t-elle.

De la guirlande électrique à l’étoile «solaire»

A côté des traditionnelles pluies d’étoiles scintillantes, des nouvelles formes d’éclairages se développent. C’est le cas avec les œuvres présentées à Lausanne dans le cadre du Festival Lumières où des artistes ont eu carte blanche pour illuminer divers lieux de la capitale vaudoise.

Une méduse exposée lors du Festival Lumières à Lausanne.
Une méduse exposée lors du Festival Lumières à Lausanne. (Photo: Amélie Blanc)

Là des méduses géantes diaphanes, là un zoo d’animaux lumineux, là des tubes de roseau vert fluo, le tout éclairé par des LED. Et certains n’hésitent pas à s’essayer à de nouvelles technologies, comme à Montreux, où le directeur du marché de Noël Yves Cornaro a choisi de faire briller la nuit sur le lac soixante étoiles grâce à l’énergie solaire amassée par des capteurs durant la journée. «Cela donne un petit air bucolique et féerique», s’enthousiasme-t-il. Peut-être un avant-goût des guirlandes du futur...

© Migros Magazine/Viviane Menétrey

Auteur: Viviane Menétrey