Archives
29 septembre 2016

«Mon quotidien était trop routinier»

Lucie, garde-frontière.

Lucie, garde-frontière
Lucie, passionnée par les voyages, 
se prépare à partir sur la frontière de Schengen.

Lucie, 24 ans, n’a pas hésité non plus à troquer ses ballerines contre une paire de rangers. Employée de commerce, la jeune femme a vite réalisé que «son quotidien était trop routinier». Après une année d’aspirante, elle termine actuellement sa deuxième année de perfectionnement. Elle s’apprête justement à suivre un cours en fraude documentaire et à partir en Australie pour améliorer son anglais. Objectif: devenir agente Frontex, soit une agente envoyée un mois par année sur une frontière extérieure de Schengen.

«La découverte des autres pays, des autres façons de travailler m’intéresse beaucoup. Je me réjouis d’échanger avec les douaniers grecs ou portugais!» Féminine sans chichis, sportive sans complexe, attachée à des journées sans horaires fixes, la jeune femme n'est pas du genre à jouer les plantons. Sûr qu’elle se sent bien dans l’uniforme. «Et puis, on se prend moins la tête le matin devant l’armoire!», rigole Lucie.

Texte © Migros Magazine – Prénom Nom

Auteur: Patricia Brambilla

Photographe: François Schaer