Archives
23 décembre 2013

Myriam Demierre, le temps et le prince charmant

Après «L’Ecole des mères», l’humoriste vaudoise Myriam Demierre remonte sur scène avec son nouveau spectacle «Ô temps pour moi!» Ou comment passer le cap de la quarantaine.

L'humoriste Myriam Demierre sur scène, habillée en robe de mariée
Myriam Demierre joue son deuxième one-woman show «Ô temps pour moi!».

«Mon premier spectacle avait bien marché, mais je ne savais si je serais capable d’en réussir un nouveau.» Que Myriam Demierre se rassure: son deuxième one woman show – «Ô temps pour moi» , (visionner des extraits) en tournée depuis fin novembre – remporte pour l’heure un franc succès.

Le thème? «La crise de la quarantaine, explique l’humoriste vaudoise, et tout le cortège de questions qui s’ensuit: qu’est-ce que j’ai fait de ma vie, vers où je me dirige, comment mon couple se porte-t-il aujourd’hui? On dit souvent que 50% des mariages se terminent par un divorce, mais on parle rarement de ceux qui durent. Je voulais montrer les efforts que cela impliquait, et aussi affirmer que cela en valait la peine!»

Des petites manies agaçantes de sa douce moitié au langage cryptique de ses ados, en passant par ses propres travers, doutes et contradictions, Myriam Demierre s’attaque donc avec humour et piquant à l’usure du temps. Egratignant au passage le mythe du prince charmant...

Bref, un pari une nouvelle fois réussi pour cette ancienne agente de voyages qui rêvait de monter un spectacle en solo, après avoir évolué quelques années dans le monde du théâtre amateur. Espérons que ce deuxième opus la mènera aussi loin que le précédent: «L’Ecole des mères» (visionner des extraits) – ou les tribulations d’une maman face au système scolaire – lui avait en effet valu d’être sélectionnée à Morges-sous-rire en 2010, ainsi qu’au Concours international du Rire de Bierges en Belgique. Avant de lui permettre de s’offrir une petite virée au Festival off d’Avignon l’été dernier...

9h50: Cauchemar administratif

«Qu’est-ce que je peux m’énerver avec toute cette paperasse! On ne se rend pas compte dans quoi on s’embarque lorsqu’on prépare un spectacle. J’ai dû prendre des cours de gestion culturelle, de droit, de compta... J’ai bien essayé de trouver un administrateur, mais je n’ai pas de quoi le payer.»

10h30: Chaque tasse à sa place

Myriam Demierre met des plats dans le lave-vaisselle.
Myriam Demierre a un système bien à elle pour organiser son lave-vaisselle.

«Comme vous le verrez dans mon spectacle, j’attache beaucoup d’importance à l’organisation de mon lave-vaisselle. J’ai un système, que je semble être la seule à comprendre. Du coup, ma hantise, c’est qu’un invité essaie de m’aider...»

11h40: Chez l’imprimeur

Myriam Demierre regarde les flyers chez l'imprimeur.
L'humoriste réceptionne les flyers chez l'imprimeur.

«Ma deuxième fournée de flyers est prête! J’attendais la réponse d’un sponsor avant de les faire imprimer. Et j’en ai commandé qu’une petite quantité, car il se peut que je reçoive encore un financement d’autres organisations.»

12h30: Repas sur le pouce

L'artiste, assise dans un fast-food.
L'humoriste Myriam Demierre n'est pas fan de la malbouffe, même si elle lui trouve des qualités: c'est pratique, rapide et pas cher. En plus, cela lui permet d'entretenir sa cellulite.

«Je ne suis pas fan de la malbouffe, mais il n’y a pas beaucoup de restaurants dans la zone industrielle de Villeneuve. Et comme je dois y poser mes affiches... C’est pratique, rapide et pas cher. En plus, je dois entretenir ma cellulite pour le spectacle, il y a un texte là-dessus...»

14h20: Campagne d’affichage

Myriam Demierre colle l'affiche de son spectacle sur un panneau dans la rue.
Il arrive que l'artiste doive coller elle-même les affiches de sons spectacle.s

«Normalement, ce n’est pas moi qui m’occupe de l’affichage. J’ai engagé une fille pour m’aider, mais malheureusement elle a d’autres impératifs cette semaine. Du coup, c’est moi qui m’y colle. Mais si je veux avoir du public, c’est indispensable!»

15h45 Silence, on répète!

Myriam Demierre, en pleine répétition, assiste sur une chaise, un énorme ours en peluche dans les bras.
Même si la tournée a déjà commencé, Myriam Demierre continue à peaufiner le tout.

«Comme le spectacle est encore en rodage, on doit faire le point avec mon metteur en scène, Laurent Gachoud. D’autant que nous l’avons créé en trois semaines et que j’ai dû apprendre les textes très rapidement. On continue donc à peaufiner le tout.»

19h50: Séance de maquillage

Myriam Demierre se maquille avant de monter sur scène.
Myriam Demierre se maquille avant de monter sur scène.

«Dans l’idéal, j’essaie d’utiliser ce moment de préparation dans la loge pour me concentrer avant de monter sur scène. Mais dans le rush de la création, il y a toujours des détails de dernière minute à régler.»

21h10: Face au public

Myriam Demierre: «Sur scène, plus ça rit, mieux c’est!»

«Quand je suis sur scène, plus ça rit, mieux c’est! C’est le pied d’être en symbiose avec le public, de sentir que le courant passe... Un véritable état de grâce!»

22h20: Debriefing

Myriame Demierre discute avec son public.
Après le spectacle, l'artiste aime avoir un retour du public.

«C’est toujours sympa d’avoir des gens qu’on connaît dans la salle, de savoir après coup si le spectacle leur a plu ou pas. Ce soir, je me suis éclatée! C’était un super public. Je suis enchantée!»

© Migros Magazine Tania Araman

Auteur: Tania Araman

Photographe: Christophe Chammartin