Archives
7 avril 2015

Ne pas se reposer sur ses lauriers

Les délégués Migros réunis fin mars à Zurich ont pris connaissance de l’excellent bilan 2014 et approuvé le rapport d’acti­vi­tés – tout en gardant à l’esprit que 2015 sera sans doute une année plus difficile.

Assemblée des délégués
Andrea Broggini, président de l’administration, s’est montré très satisfait de l’année écoulée, tout comme Ursula Nold, présidente de l’assemblée des délégués (au centre).

Samedi 28 mars 2015 à Zurich s’est tenue la 177e assemblée des délégués (AD) de la Fédération des coopératives Migros (FCM), présidée par Ursula Nold. Après les salutations de circonstance, Andrea Broggini, président de l’administration, a pris la parole. Si celui-ci s’est montré plus que satisfait de l’année écoulée, il n’a pas caché que 2015 serait plus difficile, suite à la décision de la Banque nationale suisse de lever le taux plancher de l’euro.

Pour faire face à cette nouvelle donne et lutter contre le tourisme d’achat croissant, Andrea Broggini a émis quelques pistes dont la prolongation des heures d’ouverture des magasins ainsi qu’à moyen terme une adaptation de l’agriculture suisse en vue du futur possible accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Union européenne qui aura forcément des répercussions sur notre pays. «Nous ne pouvons rester dans une cage dorée», a-t-il conclu. Les défis qui attendent Migros sont donc nombreux; les délégués en sont conscients (lire ci-dessous).

Puis, après la présentation du bilan et sur recommandation du groupe de travail ad hoc, les délégués ont approuvé le rapport d’activités et les comptes annuels de la FCM ainsi que l’utilisation du bénéfice comptable et la décharge de l’administration et de la direction générale pour 2014 – à l’unanimité.

Faire vivre les différences

Durant la seconde partie de l’assemblée, il a été décidé d’élargir provisoirement le nombre de membres du bureau de l’AD, et ce, afin de garantir une certaine continuité en vue du grand renouvellement de 2016. Sept candidats se sont présentés. Ont été finalement élus par les délégués présents: Irmgard Flörchinger de Migros Genève (au premier tour) et Thomas Marbert de Migros Aar (au second tour).

Au terme de la matinée, Peter Birrer, président du conseil de la Fondation Gottlieb et Adele Duttweiler, a rappelé avec passion les spécificités de la coopérative: «Migros est différente. Différente, car elle possède ses propres industries, ne vend pas d’alcool et de tabac et ne verse pas de bonus. Différente, car son organisation est démocratique et elle offre une grande autonomie aux coopératives régionales.» Mieux encore: «Migros est différente, car elle en fait toujours un peu plus que ce qu’elle ne devrait.» Et ce, tous les jours depuis nonante ans. Les délégués s’en portent garants.

Les délégués nous parlent des défis qui attendent Migros

Hans Peter Bühlmann,
Hans Peter Bühlmann,

Hans Peter Bühlmann, délégué de Migros Aar:«Les conditions-cadres ne cessent d’évoluer. Il est toute­fois important que Migros continue de tisser un lien fort avec ses clients. Quant à la politique des prix, elle doit être empoignée avec vigueur. N’ayons pas peur de retirer de la vente des articles de marque si besoin.»

Winfried Haunschild
Winfried Haunschild

Winfried Haunschild, délégué de Migros Bâle:«Pour les coopératives frontalières, la baisse du chiffre d’affaires liée au tourisme d’achat est un défi que Migros se doit de relever, tout en ne bradant pas ses valeurs que sont la responsabilité sociale et le développement durable.»

Ines Wolfisberg, déléguée de Migros Genève: «Pour fidéliser les clients, Migros devra encore mieux communiquer les principes de fonctionnement d’une grande coopérative en expliquant les avantages qui en résultent pour les consommateurs.»

Daniel Brönnimann

Daniel Brönnimann, délégué de Migros Lucerne: «Outre les problèmes liés au franc fort, Migros devra s’efforcer de trouver les emplacements adéquats pour ses magasins et trouver le bon équilibre entre ventes stationnaires et virtuelles.»

Géraldine von der Weid
Géraldine von der Weid

Géraldine von der Weid, déléguée de Migros Neuchâtel-Fribourg: «Face à un environnement toujours plus mouvant, Migros se doit de capter l’attention des consommateurs, d’être attractive et de proposer à ses clients des produits offrant un bon rapport qualité/prix.»

Peter Seitz
Peter Seitz

Peter Seitz, délégué de Migros Suisse orientale:«A moyen terme, il est important que Migros fasse également souffler l’esprit coopératif dans les entreprises qui ont été rachetées.»

Gabriella Malacrida
Gabriella Malacrida

Gabriella Malacrida, déléguée de Migros Tessin: «Du fait des nouveaux acteurs allemands toujours plus présents sur le marché, Migros doit apprendre à réagir plus rapidement. De plus, la philosophie Migros et ses effets positifs pour la société doivent être expliqués à la nouvelle génération.»

Nicole Félix
Nicole Félix

Nicole Félix, déléguée de Migros Vaud: «Malgré la chute de l’euro et les produits étrangers bas de gamme vendus à prix cassé, Migros doit continuer d’offrir des produits de qualité à prix raisonnable, venant de producteurs locaux ou de ses propres industries.»

Marcel Pottier,
Marcel Pottier,

Marcel Pottier, délégué de Migros Valais: «Contrer les hard-discounters, garder un esprit local, rester un acteur important de l’économie du pays et maintenir la formation des jeunes sont les grands défis qui attendent Migros.»

Mirko R.D. Lehnherr,
Mirko R.D. Lehnherr,

Mirko R.D. Lehnherr, délégué de Migros Zurich: «A l’avenir, Migros devra trouver un juste équilibre pour, à la fois, contenter les clients sensibles au prix et ceux privilégiant des produits durables.»

Auteur: Pierre Wuthrich

Photographe: Severin Nowacki