Archives
16 juin 2014

Nicolas Le Moigne, à la recherche de l’objet parfait

Responsable d’un master à l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL), présent dans plusieurs galeries européennes et déjà suivi de près par nombre de professionnels, le designer Nicolas Le Moigne aime l’intemporalité et l’évidence des formes.

Nicolas Le Moigne dans les locaux de l'ECAL.
Nicolas Le Moigne dans les locaux de l'ECAL.

Entrer dans le monde de Nicolas Le Moigne, c’est avant tout pénétrer dans une vision très pragmatique du design qui n’en oublie pas pour autant l’élégance et le style.

Pour ce créatif de 34 ans, de plus en plus connu au niveau international, l’objet est affaire d’intemporalité et de rencontres, de travail sur les matières et «d’une subjectivité réduite au maximum, avec un lien fort entre fonctionnalité et esthétisme».

Après avoir fait toutes ses classes à Fribourg, ce Parisien d’origine débarque à Lausanne pour y faire l’ECAL. Et s’il habite toujours dans les environs de la capitale vaudoise, il est aussi resté fidèle à «cette école qui m’a beaucoup apporté», devenant depuis un an responsable d’un master en luxe.

Le travail de Nicolas Le Moigne se veut lui-même à cheval entre la recherche d’objets faciles à produire (dont des tables et des fauteuils) et la création de pièces numérotées pour collectionneurs avisés. «Je travaille avec quatre ou cinq galeristes entre Zurich, Berlin, Londres et Paris. C’est un petit réseau, des gens que je connais bien.»

Une journée dans la vie de Nicolas Le Moigne

La ligne 54 des Transports publics lausannois.

7 h 26 Bus 54 jusqu'à l'ECAL La création de cette ligne de bus m’a libéré au quotidien.

Une horloge créée par Nicolas Le Moigne.

8h Horloge créée par Nicolas Le Moigne
Comme à l’époque où j’y étudiais moi-même, je passe beaucoup de temps en ce moment à l’ECAL, où mes étudiants préparent leurs travaux de fin d’année.

10 h Discussion avec une étudiante Ce master en luxe est «une spécialisation très internationale, neuf nationalités pour dix étudiants, où pendant une année des marques du secteur viennent avec des mandats. Nous travaillons notamment avec Vacheron Constantin ou Hermès, deux maisons où le luxe est avant tout affaire de haut de gamme et de perfection.»

13 h Appartement refuge et témoin Quand je peux, je rentre manger à midi chez moi. Cet appartement que nous avons eu la chance de trouver dans le château de Cheseaux me sert aussi à accueillir des galeristes qui sont devenus des amis au fil du temps.

16 h Le travail de la matière au garage Pour moi, le rôle du designer est avant tout de savoir communiquer une idée. Vu la variété des matériaux, je travaille beaucoup avec des artisans que je connais bien. Mais je réalise quand même des maquettes et j’aime bien parfois aussi mettre la main à la pâte.

18 h Balade – footing en Lavaux Quand il fait beau, je vais avec «Coconut», ma chienne dalmatienne de 10 ans, courir un peu dans ce paysage magique. Avec une option plus flemmarde en s’arrêtant pour l’apéro, par exemple chez Wannaz, à Chenaux (Cully).

© Migros Magazine - Pierre Léderrey

Auteur: Pierre Léderrey

Photographe: Jeremy Bierer