Archives
6 mars 2015

Noir arc-en-ciel

Au sans-abri jamaïcain qui distribue des encens en bas de chez moi, à l’étudiant bohème qui danse dans la station de métro de South Ferry, au juif hassidique de Williamsburg: merci pour le soleil. Merci pour l’arc-en-ciel dans mes rues. Quand, au creux de l’hiver, à New York, il fait si sec et froid.

New York et son culte de la différence photo
New York, l'originalité et le culte de la différence à chaque coin de rue.

La lumière vient aussi, ces jours, de l’école de mes enfants, PS133. Un établissement public du New York State Department of Education. Le bâtiment est tout neuf. Il a deux ans. Les infrastructures: top-notch. Sa popularité croissante notamment en raison des programmes bilingues qu’elle propose (french-english et spanish-english). Mais surtout, quelle leçon de tolérance et de mixité sociale elle nous offre!

Parenthèse qui a son importance. La direction est entièrement afro-américaine. Parfois, Mrs Foster-Mann, la principale, organise des «playdates» (ndlr: moments de jeu) avec les élèves dans son bureau. Ils mangent des pop-corn et font de dessins avec elle. Quand elle passe sur la 4e Avenue dans son gros SUV, Mrs McGhie, l’adjointe, baisse la vitre et hèle les gosses par leur prénom. Au quotidien, dans les couloirs du bâtiment, toute l’équipe distribue des tonnes de sourires et d’encouragement aux écoliers.

C’est ma fille, Romane, l’autre jour, qui m’a donné une leçon de droits civiques en soulevant cette question à dîner: «En 1960, vous auriez été racistes?» Elle préparait une pièce de théâtre sur l’histoire de Ruby Bridges. Vaguement entendu parler? Moins connu que Martin Luther King quand même, alors allons-y vite fait.

Ruby, c’est la première enfant afro-américaine à avoir été acceptée dans une école pour enfants blancs. C’était à La Nouvelle-Orléans (Louisiane). C’était le 12 novembre 1960 très exactement. Le jour de sa rentrée, la petite était escortée par des «marshalls» pour traverser une horde de racistes lui jetant des «choses» dessus. Une seule enseignante, Barbara Henry, accepta d’enseigner à Ruby alors que de nombreux parents retirèrent leurs enfants de l’école.

«Armstrong, un jour, tôt ou tard,
On n'est que des os...
Est-ce que les tiens seront noirs?
Ce serait rigolo»

Romane et ses copains chantèrent Nougaro ce jeudi, sur scène, pour se rappeler, en riant un peu quand même, ce tournant dans l’histoire des Noirs de peau en Amérique. Je l’aurai en tête la prochaine fois que Balthazar invitera son meilleur copain Terrell pour jouer. Eux, ils se déguisent en Spiderman. Dehors, c’est le creux de l’hiver. Et dedans, y a tout plein d’arcs-en-ciel.

Auteur: Xavier Filliez

Photographe: Xavier Filliez