Archives
20 octobre 2016

Nos amours mathématiques

Je te kiffe, même. Oui, toi. Avec ta barbe de deux heures à la moi et ton air de celui qui maîtrise, engoncé dans cette chemise en jean pourtant bien plus abordable que la mienne.

Fred Valet
Fred Valet

Tu penses bien que ton existence a démultiplié la mienne. Nous sommes deux. Nous sommes trois. Nous sommes quatre.

Nous sommes, en somme. Une addition? Malheureux! Une équation.

Te voilà enfin, pile à l’heure devant mes errances. Une Troisième Inconnue qui se glisse peinard dans un calcul marital que j’ai salopé, mais qui permet (le plus souvent) de résoudre un problème. Ne prends pas ta calculette, c’est une vie à main levée que l’on partage désormais.

Oui, je t’aime bien parce que, la plupart du temps, les Troisièmes Inconnues se terminent plus volontiers devant le juge que le tableau noir. Je t’ai légué mes ambitions sentimentales, tu m’as offert des vacances. Tu sais, ce genre de vacances sans cartes postales, les bourses vides et soudain privé de vue sur la mère. Tu as pris le relais sans t’échauffer les rotules et sans défoncer les miennes.

Tu as hérité de mes casseroles pour faire bouillir tes réussites.

Petit con! Un héros, dirait ta mère. Un kamikaze, hurlerait ton pote de biture. Je t’aime bien parce que je devrais te haïr. Tu aurais dû déborder de ton périmètre. Tu devrais me faire avaler de la testostérone à chaque fois que je sonne à la porte. Pisser aux quatre coins de mon divorce. Progéniture pourrait t’appeler papa. Au lieu de ça, t’es sympa. Discret. Intelligent. Lucide. Pire, t’es pas trop moche (malgré ta chemise volée dans un supermarché). Progéniture t’appelle par ton prénom même quand tu lui assènes des «non». Progéniture te dessine (mal) sur les murs. Elle te dessine (mal) à mes côtés. Et c’est vous, désormais, qui partez en vacances avec vue sur la mère.

Certains diront que ta victoire est une victoire du pauvre. Que, sans prime, le chasseur déprime.

Que c’est comme dégueuler dans le trophée du voisin. Le mien.

Oui, sauf que tu es beau. Putain, ce que tu es beau! Un beau-père au mauvais rôle. Soyons francs, Troisième Inconnue, c’est parfois rassurant de pouvoir compter sur des amours mathématiques.

Texte © Migros Magazine – Fred Valet

Auteur: Fred Valet