Archives
22 septembre 2016

Octogénaires et super sportifs

Ils ont 80 ans et plus, et continuent de pratiquer avec passion et détermination l’aviron, le yoga ou le tennis. Ces seniors hors pair ont tous en commun de faire passer la santé avant tout.

Inge Meyer (à gauche) et Elisabeth Bideau (à droite) sont membres de La Rame, un club d’aviron féminin à La Tour-de-Peilz (VD). Elles en sont les doyennes.
Inge Meyer (à gauche) et Elisabeth Bideau (à droite) sont membres de La Rame, un club d’aviron féminin à La Tour-de-Peilz (VD). Elles en sont les doyennes.

Vous cherchez des yogi de 80 ans et plus? Pas de souci, on en a une classe entière, s’exclame Andrea Freely, fondatrice de Yoga Moves à Nyon, lorsqu’on lui téléphone. Les 70-75 ans, eux, font partie de la classe d’âge moyen.» A Yoga Moves comme dans tous les clubs de sport et écoles contactés, la réponse est la même: oui, les seniors de 80 ans et plus sont très présents et suivent régulièrement des cours qu’on aurait pu croire destinés à des sensiblement plus jeunes qu’eux.

«Les gens arrivent à la retraite en meilleur état physique qu’auparavant, confirme Gérald Gremion, médecin chef du Swiss Olympic Medical Center (SOMC) et médecin adjoint au Département de l’appareil locomoteur du CHUV. C’est un phénomène multifactoriel: d’une part, les travaux du quotidien sont probablement moins durs qu’auparavant. D’autre part, avant, on faisait du sport jusqu’à 30-35 ans, puis plus rien, tandis que maintenant, les gens continuent à faire régulièrement de l’exercice.» Troisième explication: la génétique, qui permet que de nombreux chanceux restent en forme plus longtemps. «C’est clair qu’avec l’âge, on perd pas mal physiquement, surtout depuis la soixantaine, remarque néanmoins le spécialiste.

Et les femmes probablement un peu plus vite que les hommes, puisqu’elles ont presque un tiers de masse musculaire en moins.

Quand on regarde l’évolution des personnes dès 70 ans, on remarque que nombre d’entre elles n’est déjà plus capable de porter 7-8 kilos, c’est à dire ses courses.»

Un processus réversible

Cette diminution de la force, résultant de la perte musculaire due à l’âge et au sexe, s’appelle sarcopénie. Mais, bonne nouvelle, le processus n’est pas définitif et peut même être inversé grâce à des exercices réguliers. «On peut toujours entraîner ses muscles, même à 95 ans. Et donc toujours commencer un sport. Mais si on ne fait rien, l’état du corps se dégrade aussi. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cela ne permet pas du tout d’épargner ses forces», souligne Barbara Pfenninger, collaboratrice scientifique Habitats et Loisirs au Bureau de prévention des accidents (bpa).

«Il faut savoir que le fait de faire de l’exercice permet d’éviter 14% des cancers du sein, et 25% des cancers du colon, des problèmes de diabète, etc. Il est aussi démontré que plus on exerce son endurance, plus on repousse les problèmes physiques»,

note pour sa part Gérald Gremion.

Il n’est bien sûr pas obligatoire de se lancer dans l’athlétisme! Le simple fait de bouger régulièrement suffit déjà à améliorer ses capacités physiques. C’est d’ailleurs le message de la campagne «L'équilibre en marche» du bpa, lancée en mars 2016. «On ne risque pas seulement de tomber en montant sur une chaise, contrairement à ce que pensent les gens, remarque Barbara Pfenninger. La majeure partie des chutes se produisent de plain-pied, et ce, pour toutes les tranches d’âge. Essayez de marcher au ralenti en allongeant le pas au maximum: vous verrez comme les muscles travaillent, et la stabilité que cela exige...»

Toute une série d’exercices

Afin d’aider les seniors à bouger juste et mieux, le bpa, en collaboration avec Pro Senectute Suisse et trois autres partenaires, a donc élaboré toute une série d’exercices* favorisant l’entraînement de l’équilibre statique et dynamique, ainsi que le travail de la force.

«Quand on commence à s’entraîner, on remarque très rapidement une amélioration, affirme la spécialiste. Le bénéfice est encore plus important lorsqu’on effectue des exercices multitâches, alliant actions motrices et cognitives. Tous les sens sont en éveil, et la capacité cervicale est boostée au même titre que la capacité physique.»

Pour garantir le succès de l’opération, Barbara Pfenninger conseille à chacun de choisir une activité qu’il aime. «Selon l’Office fédéral du sport (OFSPO), on peut comptabiliser cette dernière dès qu’on l’effectue durant au moins 10 minutes à intensité moyenne, c’est-à-dire lorsqu’on qu’on respire un peu plus vite que d’habitude.»

Mais pour que cela soit vraiment efficace, il est conseillé d’effectuer des exercices de force et d’équilibre trois fois par semaine à raison de 30 minutes chaque fois. «Le but n’est pas de devenir un sportif de haut niveau, remarque pour sa part Gérald Gremion. On peut faire des activités physiques même avec une prothèse. Certains sports se prêtent à tous les âges et toutes les conditions physiques, comme la marche ou le vélo électrique.»

Après les super sportifs octogénaires, va-t-on donc bientôt voir surgir des champions centenaires? Surprise: ils existent déjà. En 2015, l’Américain Donald Pellmann, 100 ans exactement, a couru le 100 mètres en 26 secondes et 99 centièmes. Soit une performance inférieure de 64,5% à celle d’Usain Bolt (9,58 secondes).

*Le bpa vous offre en exclusivité 500 exemplaires d’un livre présentant 9 exercices simples et spécialement conçus pour entraîner la force et l’équilibre à tout âge. Pour le recevoir, annoncez-vous à info@equilibre-en-marche.ch, code: équilibre. Le livre vous parviendra dès sa parution, à la mi-novembre 2016. Il sera également téléchargeable sur Internet: www.equilibre-en-marche.ch

© Texte - Migros Magazine Véronique Kipfer

Auteur: Véronique Kipfer

Photographe: Jeremy Bierer