Archives
16 décembre 2013

L'Opel Ampera, une électrique pleine de surprises!

Idéale en ville, l’Opel Ampera électrique se défend aussi en montagne et sur l’autoroute.

Opel Ampera
L’Opel Ampera est imposante et très expressive. Son arrière, avec sa vitre de coffre coupée en deux, rappelle un peu celui de la Prius. L’avant, avec ses phares en boomerang et ses renflements, est très futuriste et ressemble un peu à un cartoon de panda énervé.
Leïla Rölli, chroniqueuse automobile
Leïla Rölli, chroniqueuse automobile.

Neuchâtel, Chaumont, La Chaux-de-Fonds, Haute-Nendaz, Lausanne, Genève, j’ai énormément roulé avec cette nouvelle Opel Ampera qui, à la base, n’est pas faite pour ça. Je m’explique!

L’Ampera est, comme son nom l’indique, une voiture électrique dont l’autonomie n’excède pas les 80 km, si l’on prend soin de rouler très calmement. Comme, en moyenne, un habitant suisse parcourt 37 km par jour, c’est amplement suffisant. On se rend au travail, on va faire les courses, on rentre et on recharge sa voiture sur le secteur traditionnel pendant la nuit… si on a la chance d’avoir un accès à l’électricité.

Pour ma part, comme je réside à Neuchâtel et que je travaille à Lausanne (sans compter mes nombreuses escapades hebdomadaires), la batterie ne me suffit pas.

Et c’est bien pour ça qu’Opel a équipé ce nouveau modèle d’une génératrice essence qui prolonge l’autonomie de la voiture. L’électrique, c’est idéal en ville, mais sur autoroute la batterie se décharge trop vite. Pour ce faire, une touche sur le tableau de bord permet de passer en mode essence et préserver ses ressources électriques. Théoriquement, le moteur essence permet 500 km d’autonomie avec 35 l d’essence.

Et en réalité?

Partant de Cortaillod pour me rendre à Genève avec ma copine Karen, il me restait encore 170 km d’autonomie, d’après les chiffres indiqués sur mon ordinateur de bord. Le trajet n’en faisant que 114, je n’étais pas inquiète. Erreur! A deux minutes de notre destination, les 68 km d’autonomie affichés ont subitement disparu, annonçant que le niveau de carburant était très bas. Je pensais être sur la réserve et disposer d’encore 50 km, mais, arrivées dans le parking, la voiture a commencé à sonner et à clignoter, me sommant de faire le plein au plus vite. Les trois places avec prise réservées aux voitures électriques étant occupées, nous avons remis le problème à plus tard.

Revenant au véhicule quelque temps après, nous nous sommes déplacées sur une case avec prise. Le temps de recharge nous paraissant bien trop long (huit heures pour une charge complète), nous avons tenté de nous rendre à la station-service la plus proche, heureusement située à 800 m de distance. Tout s’est bien terminé, mais nous avons quand même eu bien peur.

Mis à part cette mésaventure, j’ai beaucoup apprécié rouler avec l’Opel Ampera. Dynamique, fluide et puissante, elle est aussi à l’aise en ville que sur autoroute, et grâce au mode «Montagne», elle n’a fait qu’une bouchée des pentes sinueuses d’Aproz.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

La console centrale

La console centrale de l'Opel Ampera.
La console centrale de l'Opel Ampera.

Très, trop compliquée, la console est recouverte de touches, une trentaine, et de deux molettes, à quoi se rajoutent des commandes au volant et un écran tactile couleur de 7 pouces. Difficile de s’y repérer du premier coup. Arrivé dans les menus, l’interface est assez intuitive, les schémas (recharges, audio, navigation ou encore ventilation) sont simples à comprendre, mais demandent de l’attention.

Le coffre

L'intérieur de l'Opel Ampera.
L'intérieur de l'Opel Ampera.

Bien qu’il soit à moitié mangé par le système de rangement de prise et la génératrice (le tout caché par un faux plancher), le coffre reste généreux avec 310 l de volume et une base de chargement plane. Il passe à 1005 l de volume lorsque deux dossiers des sièges arrière sont rabattus.

L’habitacle

L'habitacle de l'Opel Ampera.
L'habitacle de l'Opel Ampera.

Spacieux et confortable, l’habitacle est un véritable salon mobile, mais il n’offre que deux places à l’arrière, séparées par un porte-gobelets. L’Ampera étant blindée de technologie, on a la possibilité de préclimatiser ou de préchauffer l’intérieur à distance grâce à un bouton sur la clé. Une vraie bénédiction par ce froid de canard!

Les moteurs

Le moteur de l'Opel Ampera.
Le moteur de l'Opel Ampera.

Le moteur électrique développe une puissance de 150 ch et un couple de 370 Nm. On passe du 0 à 100 en moins de dix secondes et on dispose d’une autonomie variant entre 40 et 80 km selon le mode de conduite. A grande vitesse, il est soutenu par la génératrice essence de 86 ch. Cette même génératrice prend le relais lorsque le moteur électrique est déchargé et offre une autonomie réelle d’environ 400 à 450 km.

Auteur: Leïla Rölli