Archives
27 décembre 2011

Orange ô désespoir

Martina Chyba
Martina Chyba

Alors? Vous avez reçu quoi à Noël? Une bougie parfumée? Des chaussettes? Un string rouge à Fr. 39.90 avec des pompons blancs, cousu par un petit enfant chinois attaché à un atelier ou par une femme voilée au Pakistan et qui ne sait même pas qui est le Père Noël? Un livre de cuisine «coffret» pour faire des macarons avec la poche à douille, le thermomètre, et tout le tralala, que vous êtes en train d’essayer de revendre sur e-bay parce que vous n’avez pas fait polytechnique et qu’accessoirement vous n’aimez pas les macarons?

Ou encore un appareil électronique qui fait bip bip et qui est programmé pour tenir exactement un an, comme ça vous pourrez recevoir le modèle suivant l’an prochain? Aaaaah les cadeaux! C’est pas un cadeau justement. C’est pourquoi, à chaque Noël, il y a des gens qui vous pourrissent encore plus la période avec le fameux «c’était mieux avant», refrain connu. «Et puis nous on recevait une orange et on était content et gna gna gni et gna gna gna.» «Et aujourd’hui tout le monde a tout et n’apprécie plus rien et patati et patata.» Très bien. Je sais qu’on a pas fait la guerre, nous, mais on a quand même le droit de poser deux questions:

Qui l’a inventée cette société de consommation soi-disant si horrible? Hein? Excusez-moi mais c’est précisément ceux qui recevaient des oranges à Noël et qui en étaient soi-disant si contents. Devenus adultes, ils se sont précipités pour acheter d’abord les presse-agrumes et ensuite des briques de jus d’orange toutes prêtes. Et la maison qui va autour. Et le 4×4 qui va devant. Qui achète des tonnes de jouets chers et pas éthiques aux petits-enfants aujourd’hui, voire leur met directement des billets de 100 francs dans les enveloppes sous le sapin? Hein? C’est souvent les grands-parents. Oui, ceux qui recevaient une orange quand ils étaient petits et qui trouvent aujourd’hui que les enfants sont trop gâtés.

Alors voilà, l’an prochain, mesdames et messieurs qui regrettez les Noëls d’antan, pour redonner du sens à la fête, offrez-nous une simple orange! Vu ce qui nous attend en 2012, nous serons de toute façon pressés comme des citrons. Ça fera une belle salade pour le dessert.

Auteur: Martina Chyba