Archives
2 novembre 2015

Petite citadine

Avec son design passe-partout, son habitacle généreux et son bon rapport qualité-prix, l’Opel Karl devrait plaire à un large public.

L'Opel Karl photo
L'Opel Karl.

Opel serait-il un précurseur? C’est en tout cas ce que je me suis demandé lorsque j’ai réalisé que la petite Karl, prêtée pour la semaine, n’était disponible qu’en une seule et unique motorisation. Alors qu’habituellement les constructeurs proposent volontiers quatre à six moteurs différents par modèle, l’Opel Karl s’impose avec un bloc essence d’1 litre pour trois cylindres. A l’heure où l’on s’interroge de plus en plus sur les effets néfastes du diesel, une voiture très abordable disponible uniquement en version essence, avec, qui plus est une consommation et des émissions raisonnables, m’a semblé être un choix judicieux.


Aussi surprenant, la Karl qui apparaît comme une toute petite citadine est en réalité une véritable cinq places, avec cinq portes et un coffre réduit, mais néanmoins légèrement plus vaste que la moyenne du secteur. J’ai pu me rendre compte de son habitabilité plus généreuse qu’il n’y paraît en me rendant à un concert à Lucerne. Nous étions quatre, dont deux solides gaillards de plus d’1 m 80 assis à l’arrière. Je conduis assez près du volant et mon passager avant, de même taille que moi, a avancé son siège pour libérer de l’espace à nos camarades. Dans cette configuration, chacun avait de le place aux jambes et suffisamment d’aisance pour passer les deux heures de trajet qui nous attendaient en toute sérénité. Les ronflements à l’arrière étant pour moi une preuve indéniable du confort de mes passagers, je peux vous assurer qu’ils étaient tous parfaitement installés. Le secret? Occuper l’espace vertical. En effet, une assise haute permet de gagner de la place dans l’habitacle et c’est exactement ce que l’Opel Karl met à profit. Toutefois, cinq grands gabarits s’y sentiraient à l’étroit, c’est pourquoi je recommanderai de ne pas voyager à plus de quatre pour de longs trajets.

Un bon rapport qualité-prix, un design passe-partout, un comportement vif en cité et une consommation raisonnable, L’Opel Karl regorge d’atouts qui devraient séduire un large public.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le coffre A petite voiture, petit coffre. L’Opel Karl propose 206l de volume de chargement, ce qui convient parfaitement pour les achats quotidiens. On y case 4-5 sacs de courses qui ne risquent pas de se renverser puisqu’ils sont maintenus entre le hayon et les dossiers des sièges arrière. Besoin de transporter un objet encombrant? La banquette se rabat selon un rapport 40/60 et libère plus de 1010 l de volume.

Le look Petit calibre, l’Opel Karl n’en est pas moins une 5 portes. De face, sa calandre rieuse fendue d’un sourire chromé, ses 4 feux et ses petits rétroviseurs bicolores donnent à l’ensemble l’allure d’un personnage de cartoon. La carrosserie s’anime grâce aux nombreux reliefs, notamment au niveau du coffre et des ailes, mais le tout reste sobre et conventionnel... avec une pointe de sportivité dans la silhouette qui la sauve de la banalité.

Le tableau de bord Originale, la planche de bord joue avec les volumes pour délimiter les différentes fonctions à disposition. Des bacs de différents volumes et formes sont encastrés dans le bloc, afin d’optimiser l’espace de rangement. L’ensemble est lisible, pratique et esthétique, c’est une vraie réussite! Au niveau des matières, les plastiques durs règnent dans l’habitacle, dommage, mais pas éliminatoire.

Le moteur Opel a eu la bonne idée de ne proposer qu’une seule motorisation pour la Karl, un bloc essence conforme aux normes antipollution Euro6 et raisonnable dans sa consommation avec ses 4,3l/100km proches de la réalité. Discret à l’oreille, le moteur de 3 cylindres développe une puissance de 75 chevaux (55kW) qui donnent suffisamment d’entrain au véhicule en zone urbaine. Sur voie rapide, le dynamisme est moins flagrant. Le conducteur impatient pourra jouer des vitesses pour gagner en réactivité, au prix d’une consommation plus élevée, évidemment. La boîte manuelle 5 vitesses est bien équilibrée et agréable à piloter.

Les équipements La Karl est disponibles en 3 versions, Karl la basique, Enjoy l’entre-deux et Cosmo la plus fournie. Cette dernière, accessible pour moins de 16’000 francs, propose des équipements habituellement réservés à des voitures plus onéreuses. De série, on y trouve entre autres: l’assistance au parcage, l’aide au maintien de voie, radio DAB+, régulateur de vitesse, climatisation automatique ou encore un volant gainé cuir.

Texte © Migros Magazine – Leïla Rölli

Auteur: Leïla Rölli