Archives
13 mars 2017

Peugeot 2008: un ovni bienvenu

Avec son allure de SUV compact et son moteur «pêchu», la Peugeot 2008 GT Line offre une conduite agréable.

Peugeot 2008 GT
Hautes sur pattes, la Peugeot 2008 GT Line ne passe pas inaperçue.

Une allure bizarre mais pas déplaisante, un habitacle spacieux pour une voiture compacte et haute sur pattes, un moteur intrigant: la Peugeot 2008 GT Line est un ovni qu’on a plaisir à accueillir sur Terre. Le moteur? Il est un parfait exemple de downsizing. Cet anglicisme désigne l’action de réduire la cylindrée, et donc la consommation, tout en préservant les performances du véhicule de même puissance. Dans le cas de ce bloc Puretech de 130 chevaux, nous nous retrouvons avec un moteur essence de 3 cylindres «pêchu» et très économique.

Si ce genre de motorisation est connu pour être bruyant, ici rien de grave à signaler côté sonorité. A l’intérieur du véhicule, le confort est au rendez-vous. Mon seul souci a été de trouver un réglage de siège qui me permettait une conduite agréable sans obstruer la visibilité des instruments. Au niveau des technologies, avec son écran tactile, ses cinq modes de conduite, son aide à la conduite et au parcage, ses options de sécurité avancées, la 2008 est généreuse! Une fois qu’on a mémorisé les emplacements de toutes ces options, conduire devient un jeu d’enfant.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le look: la Peugeot 2008 GT Line est l’enfant d’un mini-break et d’un SUV compact. Ce baroudeur à l’allure originale mêle quelques traits inspirés des années 80 et un look résolument contemporain. Sa calandre noire en gaufrier cerclée de chrome, ses LED étirées, alignées sur les barres de toit, les phares concaves singuliers et ses renflements musclés lui donnent une silhouette très sportive... avec un air de gros insecte.

L’intérieur: ergonomique et confortable, l’intérieur de la 2008 ne manque pas de place. Les instruments sont bien dessinés, animés d’une géométrie attrayante. L’habitacle de la version prêtée était habillé du garnissage «GT Line» noir à surpiqûres rouges, un classique du look sportif. Sans offense à Stendhal, Jeanne Mas ni à Xamax, cette association de couleurs manque cruellement de fraîcheur. Bon point, le vaste toit vitré garant d’une belle luminosité.

Le coffre: avec 335 l en configuration cinq places, le volume du coffre s’approche plus de celui d’une citadine que de celui d’un SUV. Néanmoins, il a l’avantage d’offrir une surface totalement plane lorsque la banquette est rabattue pour un espace total de 1085 l.

Auteur: Leila Rölli