Archives
24 novembre 2014

Plein gaz!

Le gaz naturel (GNC) est en plein essor: les constructeurs étoffent leur offre de véhicules dans ce secteur et les stations dédiées se multiplient sur notre territoire.

Illustration d'un véhicule roulant au biogas
Le gaz a des atouts indéniables en tant que carburant.

Mais le gaz naturel, en plus du quasi-duopole essence-diesel, fait face à un autre concurrent, le gaz de pétrole liquéfié (GPL). En Suisse, aucune loi n’interdit les véhicules GPL dans les parkings, alors que c’est parfois le cas ailleurs. A l’instar de la relation essence-diesel, une voiture qui fonctionne au gaz naturel n’est pas compatible GPL et vice versa. Alors, comment faire son choix? Voici quelques pistes.

L’origine

Le gaz naturel (GNC):

Le gaz naturel provient de réserves souterraines naturelles et contient du méthane à plus de 90%. La Suisse s’approvisionne principalement en Europe, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Italie ainsi qu’en Russie.

Le gaz de pétrole liquéfié (GPL):

Le GPL est un dérivé de la fabrication d’essence et de diesel à partir de pétrole brut qui provient principalement d’Afrique du Nord. Le GPL à proprement parler est fabriqué dans les raffineries. Ainsi, 80% du GPL vendu en Suisse y a également été produit.

L’offre

Il est vrai que les stations qui distribuent du gaz naturel ou du gaz de pétrole liquéfié sont bien moins présentes que celles qui proposent les deux carburants classiques, mais le marché se développe avec l’intérêt croissant des automobilistes. Notons tout de même que la plupart des véhicules sont des hybrides qui fonctionnent au gaz (GNC ou GPL) tout en étant pourvus d’une réserve d’essence pour pallier la rareté des points de vente de gaz.

Le gaz naturel (GNC):

On compte près de 140 stations sur l’ensemble du pays. En Romandie, elles sont réparties comme suit: trois à Fribourg, six à Genève, une à Delémont, deux à Neuchâtel, dix-huit dans le canton de Vaud et quatre en Valais. Il est donc relativement facile de s’approvisionner en gaz naturel en Suisse, mais selon son lieu de résidence, il faudra prévoir quelques détours, parfois importants, pour faire le plein.

Le gaz de pétrole liquéfié (GPL):

Aujourd’hui, en Suisse, on compte une petite quarantaine de stations distribuant le GPL, dont à peine cinq en Suisse romande… pour le moment. Le GPL, très répandu en France et en Italie, connaît une belle popularité en Suisse italienne: la plus forte présence des points de vente se trouve actuellement au Tessin avec quatorze stations pour le canton. Il est conseillé de se renseigner sur les futures implantations de points de vente.

Le prix

L’atout indéniable du gaz, naturel ou GPL, c’est évidemment son prix.

Le gaz naturel coûte Fr. 1.13/litre (équivalent essence), ce qui revient à peu près à rouler 35% moins cher qu’avec un véhicule classique. Pour le GPL, c’est encore meilleur marché, moins de Fr. 1.–/litre. Evidemment, on verra des différences selon le type de moteur, mais en résumé, rouler au gaz fait grand bien au porte-monnaie!

Et la nature dans tout ça?

Faire du bien au porte-monnaie c’est une chose, mais qu’en est-il de l’environnement? Avec le gaz, les émissions ne sont pas nulles, mais clairement inférieures à celles des véhicules essence et diesel.

Le gaz naturel (GNC):

Il faut faire une distinction entre véritable gaz naturel et biogaz. Toutes les voitures au gaz naturel n’acceptent pas de rouler au biogaz pur, mais le mélange de ces deux carburants «verts» est très bien toléré. En Suisse, depuis 2007, l’industrie gazière offre des mélanges composés en moyenne à 80% de gaz naturel et 20% de biogaz, ce qui permet de réduire les émissions de CO2 de 40% par rapport à l’essence. Le gaz naturel pur produit 25% de CO2 de moins que l’essence et le biogaz pur est neutre en CO2. Les véhicules à gaz naturel/biogaz produisent entre 40% et 95% de polluants de moins que les véhicules traditionnels.

Le gaz de pétrole liquéfié (GPL):

En moyenne, les voitures au GPL émettent 15% de moins de CO2 que les véhicules essence et réduisent également jusqu’à 80% d’autres émissions polluantes par rapport aux véhicules essence ou diesel. Pour vous donner un exemple concret, si vous parcourez 35 000 km par an avec un véhicule GPL, vous diminuez de 1,2 tonne les rejets de CO2 .

Auteur: Leïla Rölli

Photographe: Corina Vögele