Archives
3 août 2015

Pleins gaz avec la Fiat Panda

La petite italienne a de belles cartes à jouer: une consommation économique, un prix accessible et une bonne adhérence.

La Fiat Panda photo
La Fiat Panda.

Il y a quelque temps, j’avais déjà eu l’occasion de tester la Fiat Panda Natural Power dans sa version 4x4. Cette fois-ci, c’est un modèle identique qui m’a été proposé, mais en version deux roues motrices. Encore plus économique et moins polluante que la version 4x4, la petite italienne n’a pas à rougir de son adhérence. Pour preuve, j’ai réussi à sortir du parking boueux de Paléo sans patiner, et ce n’était pas forcément le cas pour tout le monde.

Une bonne adhérence, même dans la boue

Sur la plaine de l’Asse, la canicule ayant fait place aux orages, les festivaliers étaient nombreux à glisser et les traces de patinage à la sortie d’un parking noir de boue n’avaient rien de rassurant. Une fois de plus, je m’étais inquiétée pour rien, en prenant de l’élan et en maîtrisant quelques glissades plutôt amusantes sur l’allée principale, j’ai passé l’épreuve avec brio, sans même devoir sortir de la voiture pour la délester.

En ce qui concerne le confort, mes passagers et moi-même étions plutôt bien installés. Certes, un peu plus d’espace aux jambes à l’arrière n’aurait pas été de trop, mais en comparaison avec d’autres citadines de même catégorie, les dimensions intérieures sont tout à fait convenables. Les sièges, un peu rigides, offrent un bon maintien et les rangements sont en nombre suffisant.

Pour réduire encore sa consommation et ses émissions, la motorisation de la Fiat Panda Natural Power ne possède que deux cylindres: bruyant, mais efficace. Le système offre suffisamment de dynamisme à bas régime pour être agréable à conduire en ville, mais demande de rétrograder les vitesses lorsque la route se met à grimper. Ses accélérations du 0 à 100 sont loin d’être fulgurantes, sans être pénalisantes pour autant. Téméraire et ludique, la Panda Natural Power a de belles cartes à jouer: une belle habitabilité, un look original et ludique et, surtout, un prix accessible doublé d’une consommation économique.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le look La Fiat Panda est ce qu’on appelle un minispace. Une citadine aux proportions idéales pour manœuvrer dans la ville avec un espace à bord maximisé. Cubique de prime abord, elle s’adoucit avec des arêtes légèrement courbées, des phares arrondis et une bouille rieuse. Elle séduit par son originalité et sa bonhomie, une familiale parfaite pour le quotidien.

Le tableau de bord Originale et ludique, la planche de bord amène couleur et gaieté dans l’habitacle. L’ensemble intègre un vaste vide-poche. Les instruments, cadrans, pommeau de vitesses, volant et différents boutons se dessinent tous sous la forme d’un carré aux bords arrondis. L’ensemble gagne en style, mais malheureusement la prise en main d’un pommeau carré n’est pas des plus ergonomiques.

Le coffre La Panda est une voiture compacte qui héberge deux réservoirs (gaz et essence). Ainsi, on ne s’attend pas à y trouver un coffre démesuré. En configuration 5 places, la zone de chargement offre 200 litres de volume. Ce n’est pas énorme, mais largement suffisant pour les courses ou de petits bagages. Banquette rabattue, le coffre atteint 845 litres et le dossier du siège passager avant se replie complètement pour obtenir plus de longueur de chargement.

Deux réservoirs La Panda Natural Power est destinée à rouler principalement au gaz, un carburant moins polluant et 35% meilleur marché que l’essence ou le diesel. Le seul désavantage du gaz? Sa rareté dans nos stations-service. Toutefois, aucune crainte à avoir, lorsque le réservoir de gaz est vide, la Panda permute automatiquement sur la réserve d’essence de 35 litres.

Blue&Me Planté sur le dessus du tableau de bord, on retrouve un petit écran tactile avec commande vocale Blue&Me. Cet appareil permet de visualiser de nombreuses fonctions, comme le navigateur, d’accéder aux informations véhicule, d’utiliser son portable et d’en lire la musique grâce au Bluetooth. Ultra-connecté, ce système propose de vous indiquer la station-service la plus proche: ingénieux! Toutefois, sa position pourrait gêner certains utilisateurs qui aiment avoir une vue dégagée depuis la place conducteur.

Texte © Migros Magazine – Leïla Rölli

Auteur: Leïla Rölli