Archives
28 septembre 2015

Pourquoi on fait des cauchemars?

La réponse de Laurence Bayer, docteur ès sciences, chercheuse au Laboratoire du sommeil des HUG à Genève.

Question manuscrite d'enfant: pourquoi on fait des cauchemars?
Une question d'Alex, 6 ans.
Portrait de Laurence Bayer
Laurence Bayer

Laurence Bayer, docteur ès sciences, chercheuse au Laboratoire du sommeil des HUG à Genève.

«Lorsque nous sommes éveillés, nous sommes actifs: nous parlons, notre corps bouge et, par exemple, quand nous jouons au foot, nous courons vers le but et notre pied frappe le ballon pour marquer. C’est notre cerveau qui commande tous ces mouvements.

C’est lui aussi qui va nous faire ressentir de la joie si on a réussi à mettre des buts. Lorsque nous dormons, nous sommes immobiles, mais pas notre cerveau!

Car notre cerveau est toujours actif et il y a même des moments de la nuit où son activité est quasi identique à celle de la journée.

C’est pendant ces périodes que les cauchemars peuvent arriver.

Le cauchemar est ce qu’on appelle un «mauvais rêve». Il a été montré que la majorité de nos rêves (environ 60%) font partie de cette catégorie. Quand ils tournent au cauchemar, ils nous réveillent et c’est aussi une des raisons qui fait que nous nous en souvenons.

Les rêves, qu’ils soient bons ou mauvais, rejouent les événements vécus pendant la journée.

Leur rôle est de trier et d’intégrer ces évènements, avec les sentiments qui les accompagnent, par exemple la peur, à des souvenirs plus anciens.

Prenons un exemple: si, durant la journée, tu as joué au foot et aussi regardé un dessin animé peuplé de dinosaures effrayants, tu rêveras peut-être pendant la nuit que tu joues au foot avec tes copains et ton grand-père (car c’est lui qui t’a appris à jouer quand tu avais deux ans) quand soudain, un énorme tyrannosaure surgit de nulle part pour vous attaquer. Voilà, ton cauchemar est prêt!»