Archives
12 décembre 2016

Pourquoi les chatouilles me font rire?

Sebastian Dieguez, neuroscientifique à l’Université de Fribourg, répond à une question de Joachim, 8 ans.

Une question de Joachim, 8 ans.

Sebastian Dieguez, neuroscientifique à l’Université de Fribourg.

«Aussi étonnant que ça puisse paraître, de nombreux penseurs et chercheurs ont tenté d’apporter une réponse à cette question, preuve que parfois, les interrogations les plus simples peuvent être extrêmement fécondes pour la science!

Tout d’abord, c’est vrai: même si la stimulation est exactement identique (même force, même vitesse, même endroit), une chatouille ne produit pas du tout le même effet si on se la donne nous-mêmes plutôt que si quelqu’un d’autre s’en charge. Tout le monde a pu faire cette observation, mais il est toujours important de prouver scientifiquement même ce qui semble évident. Aussi, des expériences ont été menées en laboratoire, avec des machines à chatouiller spécialement inventées pour l’occasion!

On a ainsi pu découvrir un fait fondamental: lorsque nous nous touchons nous-mêmes, directement ou par le biais d’une machine que nous activons, la sensation tactile que cela produit sur notre corps est atténuée. Nos propres gestes envoient automatiquement dans notre cerveau un signal de ce qui va se produire, et ce signal annule l’effet de surprise. Mais si quelqu’un d’autre nous touche ou nous chatouille, ce signal est totalement absent, et nous ne pouvons ni prédire ni contrôler ce qui se passe sur notre corps.

Ainsi, la chatouille marque une claire distinction entre ce que je fais et ce que les autres me font, ce qui est indispensable pour notre survie et nos relations sociales. Reste à expliquer pourquoi nous rions quand on nous chatouille, mais c’est une autre question!»