Archives
24 août 2015

Pourquoi les oiseaux n'ont pas de dent?

Lionel Maumary, biologiste ornithologue, président du Cercle ornithologique de Lausanne.
Lionel Maumary, biologiste ornithologue, président du Cercle ornithologique de Lausanne.

Lionel Maumary, biologiste ornithologue, président du Cercle ornithologique de Lausanne.

Cela n’a pas toujours été le cas! Il y a 150 millions d’années, lorsque les premiers oiseaux sont apparus, comme l’Archéoptéryx, ils avaient des dents. Aussi étonnant que cela puisse paraître, les ancêtres des oiseaux sont de petits dinosaures carnivores aux dents aiguisées, comme le Vélociraptor, déjà recouvert de plumes.

D’après une étude récente, il semblerait que la perte des dents chez les oiseaux remonte à 116 millions d’années. Les dents ont progressivement disparu au cours de l’évolution pour faire place à un bec plus ou moins spécialisé. Cela a eu plusieurs avantages. Tout d’abord, la perte des dents a allégé le squelette qui a parallèlement vu son nombre d’os se réduire et ces derniers se creuser afin de permettre à l’oiseau de mieux voler. Mais surtout, le bec s’est avéré un outil très efficace pour capturer les insectes ou cueillir les fruits, pêcher les poissons, ouvrir les graines, filtrer l’eau ou découper la viande. Comme l’oiseau ne peut pas mastiquer, c’est le gésier, ce muscle fibreux qui forme une poche, qui broie les aliments avant le passage dans l’estomac.

Certains oiseaux, comme les harles qu’on appelle becs-scies au Québec, ont «réinventé» des dents pour empêcher que les poissons dont ils se nourrissent ne glissent du bec. Ce ne sont pas de vraies dents d’origine mais des dents secondaires. En fait, tous les oiseaux possèdent encore une dent qui disparaît peu après la naissance: c’est le diamant au bout du bec du poussin qui lui permet de percer sa coquille lors de l’éclosion.