Archives
9 mars 2015

Dis, pourquoi...

Jacques Moeschler, professeur de linguistique à l’Université de Genève, répond à Noria, 8 ans et demi.

Question manuscrite: "Pourquoi on dit qu'on a des fourmis dans les pieds?"
Portrait de Jacques Moeschler
Jacques Moeschler, professeur de linguistique à l’Université de Genève

Pourquoi puis-je affirmer que j’ai des fourmis dans les jambes après être resté assis plusieurs heures, et pas que j’ai des coccinelles sur le bras après avoir pris un coup de soleil? Pourquoi peut-on dire certaines choses de manière imagée, et pas d’autres?

Rappelons qu’une langue, c’est certes un ensemble de mots, mais aussi des règles qui permettent de faire des phrases avec ces mots: personne ne peut prendre n’importe quels mots du français et les agencer en phrase comme il le veut. Et il existe certains groupements de mots dont la signification est figée, mais pas toujours transparente, comme avoir des fourmis dans les jambes ou dans les pieds.

Cette expression signifie «sentir des picotements dus à une mauvaise circulation du sang». On pourrait penser que cette sensation, très désagréable, ressemble à celle de fourmis qui courent sur la peau. Le terme, utilisé fréquemment pour décrire cette sensation désagréable, est d’ailleurs le fourmillement, dont le sens premier est «l’agitation désordonnée et continuelle d’une multitude d’êtres», comme le fourmillement d’insectes.

Dans l’expression «avoir des fourmis dans les jambes, il y a donc une ressemblance entre ce qu’elle décrit et sa signification. Rappelons que l’ancien français formïer, puis fourmier (du latin formicare) signifiait démanger. Et cela explique que quelqu’un qui a les fourmis dans les jambes a… la bougeotte!