Archives
6 février 2017

Pourquoi y a-t-il des pays?

Silvia Arlettaz, professeure d’histoire à l’Université de Fribourg, répond à Paco, 8 ans.

Une question de Paco, 8 ans.

Silvia Arlettaz, professeure d’histoire à l’Université de Fribourg.

«D’abord, qu’est-ce qu’un pays? La définition est difficile, car le mot recouvre plusieurs réalités qui se superposent. Un pays, c'est un territoire avec des frontières politiques extérieures. C’est un Etat, avec un gouvernement, des lois, des institutions pour garantir sa souveraineté (c’est-à-dire son indépendance) et sa sécurité. C’est aussi un espace humain, où cohabitent des populations qui se sentent liées par des habitudes, des pratiques et des droits. Enfin, un pays c’est une construction autour de multiples frontières invisibles qui délimitent des espaces culturels et identitaires autour de langues, de valeurs, d’expériences communes.

Les pays sont donc le produit d’une longue histoire, propre à chacun et qui continue de s’écrire. La Suisse, par exemple, a commencé à se construire autour de liens de solidarité entre des vallées, des villes et leurs territoires. Puis, ces réseaux de territoires, aux statuts très différents les uns des autres, se sont unis au gré des circonstances par des alliances plus étroites. Ces petits Etats ont ensuite conduit des politiques collectives, qui les ont progressivement amenés à composer ensemble un avenir commun. En 1848, ils ont décidé de se constituer en un seul pays et en un seul peuple, en acceptant des règles communes et en se reconnaissant suisses. La Suisse dans laquelle tu vis aujourd’hui est une étape de cette évolution.»