Archives
26 octobre 2015

Préparer sa voiture pour l’hiver

Les flocons n’ont pas attendu la mauvaise saison pour pointer le bout de leur nez et pourtant nombreux sont celles et ceux qui n’ont pas encore équipé leur véhicule de pneus neige. En Suisse, ils ne sont pas obligatoires, mais sont-ils vraiment nécessaires? Voici quelques éléments de réponse.

Conduite en hiver
N’oubliez pas de monter vos pneus d’hiver (illustration: illumueller.ch).

Le pneu d’hiver se différencie en trois points de sa version des beaux jours: sa composition qui assure une souplesse à la gomme à des températures plus basses, son profil plus structuré et la forme de ses rainures, étudiées pour évacuer plus facilement l’eau, la neige et ce mélange entre deux que nous appelons communément la «petch’».

Dans la loi suisse, il n’existe aucune obligation de pourvoir son véhicule de pneus d’hiver. Toutefois, l’article 31 de la Loi fédérale sur la circulation routière (LCR) stipule clairement qu’un conducteur doit être en mesure de garder la maîtrise de son véhicule, et ce, en tout temps.

Autrement dit, en cas d’accident, l’automobiliste dont le véhicule n’est pas convenablement équipé pour la saison pourra être tenu responsable et voir son assurance se retourner contre lui et réduire ou même suspendre ses prestations.

1. Quelle est la période recommandée pour monter les pneumatiques d’hiver?

En règle générale, il est conseillé de rouler avec des pneus d’hiver entre octobre et Pâques. Le thermomètre n’a pas besoin d’avoisiner les 0 °C pour qu’un pneu d’été soit moins performant. En dessous de 7 °C déjà, la gomme des pneus d’été durcit et n’adhère plus aussi bien au sol, même sec. A contrario, un pneu neige offrira plus de sécurité et réduira significativement les distances de freinage.

2. Que penser des pneus «quatre saisons»?

Il existe des pneumatiques conçus pour être efficaces sur une fourchette de températures plus large et qui permettent d’éviter le passage chez le garagiste avant et après l’hiver.

Bien que la technologie s’améliore dans ce domaine, le TCS déconseille l’usage de ce genre de modèle. S’ils s’avèrent excellents en été, ils restent toutefois moins performants que les véritables pneus d’hiver à la froide saison. De plus, ils s’usent plus rapidement et augmentent la consommation du véhicule.

3. Quelle est la limite du profil d’un pneu d’hiver?

Si la loi n’impose pas au conducteur d’installer des pneus neige, elle est bien plus stricte en ce qui concerne le profil du pneumatique, qu’il soit hivernal ou estival. Légalement, la profondeur minimale d’un pneu d’hiver est de 1,6 mm, mais attention, ses qualités sont déjà diminuées bien avant ce stade d’usure avancé.

4. Un pneu peut-il être périmé?

Oui. Evidemment, la longévité d’un pneu dépendra du nombre de kilomètres parcourus et donc de son usure, mais pas uniquement. En effet, avec le temps, le caoutchouc se rigidifie et se craquelle, même s’il a peu été utilisé et, de ce fait, un pneumatique âgé n’adhère plus aussi bien sur sol humide, verglacé ou enneigé. Pour rouler en toute sécurité, il ne faudrait pas utiliser des pneus vieux de plus de 10 ans. Pensez-y si vous prévoyez d’acheter des pneus d’occasion.

5. Où acheter ses pneus?

Soyez vigilants. Les petites annonces proposant des occasions intéressantes peuvent être tentantes. Mais si vous n’êtes pas expert en la matière, il est fortement recommandé d’acheter vos pneumatiques, même d’occasion, chez un spécialiste qui saura vous conseiller, effectuer le montage et assurer un service après-vente.

6. Et les chaînes dans tout ça?

Chaînes ou chaussettes à neige, les dispositifs pour optimiser l’adhérence de la voiture s’améliorent et se simplifient.

Que vous préfériez les chaînes traditionnelles ou les chaussettes, plus simples à installer, elles se fixent à l’avant pour les voitures à deux roues motrices avant (traction) ainsi que les 4 x 4 et sur les quatre pneus pour les véhicules à deux roues motrices arrière (propulsion).

Bien évidemment, on fera attention à choisir un endroit parfaitement visible et sûr pour faire le montage et à porter un gilet de sécurité – obligatoire dans de nombreux pays, mais seulement recommandé en Suisse.

La vitesse ne doit pas dépasser les 40 km/h lorsque la voiture est chaînée et, évidemment, chaînes et chaussettes ne doivent pas être utilisées sur le bitume pour éviter la casse. Il existe également des sprays pour améliorer l’accroche du pneu sur neige, mais jusqu’à présent, leurs propriétés ne durent que quelques mètres et le résultat est donc insuffisant.

Les pneus neige sont donc indispensables pour une conduite sûre et responsable, mais même en étant très bien chaussé, il ne faut pas oublier les règles de base en cas d’intempéries: réduisez votre vitesse et augmentez vos distances de sécurité.

7. Peut-on couper la poire en deux?

Deux pneus d’été et deux pneus d’hiver? L’idée n’est pas bête, mais une fois de plus, aucun compromis ne vaut un équipement hivernal total. Qui plus est, en cas d’accident, votre responsabilité pourra être mise en cause. Si malgré tout, vous tenez à mixer les gommes, sachez que les pneus d’hiver, à l’instar d’une paire de pneus neufs, se montent toujours par deux et à l’arrière, sinon vous risquez le tête-à-queue.

Précisions encore que la pire des configurations serait de monter quatre pneus différents. Il n’y a pas mieux pour déboussoler le système de sécurité d’un véhicule! Il est donc primordial de monter des pneus jumeaux (taille, marque usure et profil) au moins sur chaque essieu.

Texte © Migros Magazine – Leïla Rölli (source: TCS).

Auteur: Leïla Rölli