Archives
11 mai 2015

Priorité au soja européen

Riche en protéines, le soja est un aliment précieux pour l’élevage. Mais comme sa culture se heurte parfois à des problématiques environnementales, notamment en Amérique du Sud, Micarna se tourne désormais vers un producteur voisin, en Italie.

haricots
Ces petits haricots riches en protéines dominent le paysage dans la région italienne de Camisano Vicentino.

Camisano Vicentino est une petite localité du nord-est de l’Italie située dans la plaine vénitienne célèbre pour ses splendides villas palladiennes et pour ses charmants paysages vallonnés. Ses champs fertiles donnent du raisin, du maïs et de nombreux fruits et légumes de qualité. Dans les années 1990, le soja est venu s’ajouter à cette longue liste. Très bien acclimatée dans la région, la petite légumineuse est même devenue au fil du temps un véritable produit phare, auquel de plus en plus d’agriculteurs italiens se sont intéressés. Dans le village de Camisano Vicentino, Cereal Docks, l’une des plus grandes entreprises de production et de transformation de graines de soja en Europe, a vu le jour grâce à l’initiative de deux cousins, Mauro et Paolo Fanin, il y a plus de trente ans. Au moment de la récolte, de septembre à novembre, plus de deux cents camions venus de tout le nord de l’Italie acheminent chacun 30 tonnes par jour de ces précieuses graines jaunes.

Protégeons les forêts tropicales

Le soja, qui ne nécessite ni soins particuliers ni matériel technique sophistiqué, trouve dans la région de Camisano Vicentino le climat doux dont il a besoin pour pousser. Il n’a d’ailleurs besoin que de très peu d’engrais. Les petites graines contiennent toute une série de nutriments utiles. Grâce à sa teneur élevée en protéines, le soja constitue une matière première importante entrant dans la composition des aliments pour animaux d’élevage, porcs et volaille notamment. Il fait donc l’objet d’une forte demande à l’échelle internationale, avec une production annuelle d’environ 250 millions de tonnes et des plantations couvrant des surfaces de plus en plus importantes, en particulier en Amérique latine. Le risque que cette expansion s’opère au détriment des forêts tropicales et des savanes, qui abritent de nombreuses espèces animales
et végétales, est donc important. Par conséquent, Migros s’est alliée en 2010 avec d’autres organisations et entreprises pour créer le Réseau soja suisse , dont l’objectif est de bannir le soja issu de forêts tropicales du fourrage destiné aux animaux de rente suisses et de s’approvisionner exclusivement en matière première provenant de filières agricoles responsables. Le soja italien réduit notre dépendance vis-à-vis de l’Amérique latine et contribue à l’approvisionnement de l’Europe en protéines. Micarna, entreprise de la M-Industrie , mise sur cet avantage depuis le début de l’année et n’utilise plus que du tourteau de soja vénitien pour fabriquer les aliments destinés à nourrir les volailles vendues sous la marque Optigal. S’approvisionner enItalie constitue une solution d’autant plus intéressante que la filiale Migros est ainsi assurée de la qualité de la matière première et du processus de fabrication du soja, et peut contrôler la transformation de ce dernier sur place. Cela réduit aussi les distances de transport et, partant, les nuisances à l’environnement. Cereal Docks fournira chaque année plus de 20 000 tonnes de tourteau de soja à Micarna.

Une traçabilité optimale

La culture et la fabrication des graines de soja italiennes sont certifiées et répondent aux critères édictés par Donau Soja, une organisation d’utilité publique qui travaille main dans la main avec le Réseau soja suisse et qui prône une production responsable du point de vue environnemental et social dans toute l’Europe. Ses membres doivent respecter des normes sévères tout au long de la chaîne de production, de la culture de la plante à sa transformation. Des contrôles sont effectués par des organes externes, des échantillons sont régulièrement prélevés pour tester la qualité et la traçabilité est assurée: «Nous pouvons non seulement remonter jusqu’au producteur pour chaque lot de soja, mais également savoir au jour près à quelle livraison il correspond», explique Giovanni Fanin, de Cereal Docks. Cette transparence est importante aussi pour Micarna, qui garde ainsi le contrôle sur l’origine du produit.

Le test de paternité moléculaire

Les processus de production mis en œuvre chez Cereal Docks ne doivent pas modifier les propriétés naturelles des graines. A son arrivée, la matière première est d’abord soumise à un contrôle qualité au cours duquel on vérifie différents paramètres: poids, humidité, température et caractéristiques chimiques. Il s’agit d’une analyse complexe, sorte de «test de paternité moléculaire», où l’on recherche d’éventuelles traces d’organismes génétiquement modifiés. Les produits qui sortent de chez Cereal Docks sont 100% exempts d’OGM, une condition sine qua non pour obtenir la certification Donau Soja. Cette première étape est suivie de ce que l’on appelle le «crushing»: chaque jour, 2000 tonnes de soja sont séchées, moulues en flocons et pressées à chaud afin d’obtenir une masse collante et épaisse. Celle-ci est ensuite purifiée à l’aide d’un solvant pour séparer la partie grasse du reste, riche en protéines et en fibres. Ce processus permet d’obtenir environ 75% de tourteau de soja, 18% d’huile et 0,6% de lécithine. L’huile sert à la production de différents aliments tels que le tofu ou le lait de soja. La lécithine est pour sa part un composé industriel important, souvent utilisé en cosmétique ou pour colorer les textiles. Enfin, le tourteau de soja aboutit en Suisse, où il entre dans la composition des aliments destinés aux poulets Optigal.

Texte © Migros Magazine – Alessandro Zanoli

Giovanni Fanin, un descendant de
la famille fondatrice, lors de la visite
de la fabrique.
Giovanni Fanin, un descendant de la famille fondatrice, lors de la visite de la fabrique.
Tous les jours, ce sont 2000 tonnes de soja qui sont séchées dans ces machines.
Tous les jours, ce sont 2000 tonnes de soja qui sont séchées dans ces machines.
Après l’étape du mixage, l’humidité
des grains est mesurée avec un laser.
Après l’étape du mixage, l’humidité des grains est mesurée avec un laser.
L’heure de la récolte a sonné. A la centrale de production Cereal Docks, on assiste à un défilé de camions chargés de soja prêt à être transformé.
L’heure de la récolte a sonné. A la centrale de production Cereal Docks, on assiste à un défilé de camions chargés de soja prêt à être transformé

Auteur: Alessandro Zanoli

Photographe: Martino Lombezzi