Archives
23 juillet 2012

Promesses tenues?

Dans le cadre de Génération M, Migros a pris plus de trente engagements dans le domaine du développement durable. Le distributeur prouve ici qu’il ne s’agissait pas de paroles en l’air.

Gazon en forme de pied sur une terre asséchée
«Nous promettons de publier dès cette année le bilan carbone de 850 produits.» (Photo Getty Images)

En février, Migros a lancé Génération M, un vaste programme d’engagements dans le domaine du développement durable. Celui-ci se décline en cinq thématiques: environnement, consommation, santé, collaborateurs et société. En tout, plus de trente promesses concrètes ont été faites aux générations futures.

Mais qu’en est-il exactement de leur mise en œuvre?

Chaque produit, qu’il s’agisse de pain ou de laque pour cheveux, contribue à l’émission de gaz à effet de serre. Migros publie par exemple ce bilan carbone sur Migipedia.ch. Pour déterminer celui-ci, l’intégralité du cycle de vie du produit est prise en compte, de sa fabrication à son élimination, en passant par sa distribution et sa consommation. Ainsi, pour le pain, le calcul inclut les engrais utilisés dans les champs et l’électricité consommée durant la cuisson. Migros fait calculer ces valeurs par la fondation indépendante Myclimate, et les résultats sont représentés sur une échelle de façon transparente. «Jusqu’ici, nous avons fait calculer près de six cent cinquante articles, et la plupart des résultats figurent déjà sur Migipedia, précise Bernhard Kammer, expert en développement durable à Migros. Les deux cents articles restants suivront d’ici à la fin de l’année.»

Autre exemple: la consommation quotidienne de sucre en Suisse s’élève en moyenne à 130 grammes par personne. Même un yogourt, présumé sain, contient généralement par gobelet 3 à 4 morceaux de sucre. Migros a commencé en novembre 2011 déjà à modifier ses recettes. Le but est d’atteindre une diminution allant jusqu’à 10%. En moyenne, la part de sucre a déjà diminué de 2 à 5%. L’adaptation de l’assortiment progresse comme prévu. Mais ce n'est pas tout...

«Nous promettons ...

... que, grâce à Migros Bio, l’équivalent de 140 terrains de football de cultures céréalières traditionnelles sera converti en cultures biologiques d’ici à 2013.»

Champ de blé (iStockphoto)
Champ de blé (iStockphoto)

La conversion d’une exploitation agricole conventionnelle à l’agriculture bio dure deux ans et s’accompagne d’importants investissements financiers. Durant la phase de reconversion, Migros paie déjà le prix des céréales bio, plus élevé, à ses fournisseurs. Elle souhaite ainsi encourager encore plus d’agriculteurs suisses à franchir le pas. Le nombre de champs reconvertis sera calculé après les récoltes.

... de réduire la teneur en sel de 170 produits finis d’ici à fin 2012.»

Raviolis en boite
Raviolis en boite

En promettant de réduire la teneur en sel dans cent septante produits finis, Migros soutient une initiative de l’Office fédéral de la santé publique. La mise en œuvre du projet n’est toutefois pas chose facile, comme l’explique Sabine Wiederkehr, responsable du secteur Alimentation et santé à Migros: «La teneur en sel, et par conséquent le goût des aliments, est une question d’habitude. Il faut éviter une réduction trop abrupte si l’on veut que les consommateurs continuent à apprécier leurs produits préférés.» Les nouvelles recettes des plats cuisinés et produits convenience sont donc minutieusement testées. Ainsi, pour les raviolis en boîte, plusieurs variantes diversement salées ont été dégustées. La recette retenue a beau contenir moins de sel, la différence de goût passe inaperçue. L’adaptation de l’assortiment des produits finis est presque achevée.

... de réduire de 10% la charge environnementale globale des emballages des 250 produits les plus vendus d’ici à 2013.»

Emballage économique
Emballage économique

A ce jour, Migros a déjà réduit de plus de 5% l’impact environnemental des emballages de ses produits les plus vendus. Un exemple? «Les flacons de produit de vaisselle Manella se composent désormais à 50% de PET recyclé. Par ailleurs, ils pèsent en moyenne 2 grammes de moins, ce qui permet d’économiser 4,8 tonnes de matériau par an», se félicite Heidi Oswald, directrice du projet Ecologie à Migros. Au total, 1150 tonnes ont ainsi été économisées jusqu’ici. En outre, 970 tonnes de matières recyclées ont été utilisées, ainsi que 3470 tonnes de carton et de papier FSC.

... de soutenir chaque année, en tant que sponsor principal, des courses populaires pour plus de 200 000 sportifs jusqu’en 2015.»

Arrivée d'une course à pied
Arrivée d'une course à pied

La moitié du chemin a été parcourue! Le week-end passé, lors de la course de l’Aegerisee, que Migros soutient en tant que sponsor principal, le 100 000e participant a franchi la ligne d’arrivée. La barre des 200 000 sera-t-elle atteinte? «Nous y parviendrons, assure Sandro Wegmann, chef de projet Sponsoring à Migros. Notre pronostic se base sur les chiffres de l’an dernier. Après les records de participation au Grand-Prix de Berne et à la Course féminine suisse, nous sommes déjà en avance par rapport à nos prévisions.»

«Nous promettons de former nos collaborateurs à une meilleure consommation énergétique.»

Un homme monte les escaliers à pied plutôt que de prendre l'ascenseur. (Photo plainpicture)
Un homme monte les escaliers à pied plutôt que de prendre l'ascenseur. (Photo plainpicture)

Migros entend réduire sa consommation d’électricité de 10% d’ici à 2020. Pour y parvenir, elle a besoin du soutien de ses collaborateurs. C’est pourquoi elle les encourage à économiser l’électricité par le biais de semaines d’économies d’énergie. Lors de celles-ci, les employés reçoivent des conseils sur les façons d’économiser du courant. Les mesures sont faciles à appliquer (prendre l’escalier plutôt que l’ascenseur, par exemple). Cette année, quatre entreprises Migros ont déjà tenu parole. Au siège de Zurich par exemple, où Migros emploie 2300 collaborateurs, le personnel a été sensibilisé.

Auteur: Christoph Petermann, Andreas Dürrenberger