Archives
23 septembre 2013

Protection parentale: pour les tablettes aussi

Si les ordinateurs disposent la plupart du temps d’une protection parentale, on oublie souvent les autres appareils connectés. Avec de mauvaises surprises à la clé.

Deux jeunes filles ado en train de s'amuser dans leur chambre avec une tablette dans les mains
Sur tablettes, 
il existe des 
programmes 
qui permettent d’espionner 
ses enfants.

Pour Josiane, la surprise a été totale. Lorsqu’elle a surpris son fils de 11 ans en train de montrer sur son baladeur numérique des photos de couples en pleine action à son petit frère. «Dans mon esprit, le baladeur était pour les jeux et les vidéos de DJ Antoine ou de One Direction. A la maison, nos deux ordinateurs sont naturellement équipés d’une protection parentale, nous vérifions aussi ce que les enfants regardent à la télévision et les jeux auxquels ils jouent. Mais là, je tombais des nues», explique cette mère de trois enfants, pourtant faite au feu avec le passage dans l’adolescence de sa fille aînée.

Il suffit d’évoquer le sujet pour s’en convaincre: si protéger les jeunes enfants des dangers d’internet semble désormais une évidence sur ordinateur pour la plupart des parents, ces derniers semblent oublier qu’un baladeur, une tablette, voire le smartphone récupéré par fiston au moment de l’acquisition d’un modèle plus récent sont aussi des appareils connectés. Ce qui pose non seulement le problème de l’accès à des contenus «indésirables», mais aussi celui de ces jeux online qui poussent sans cesse à la dépense. Le cas de Danny, ce petit garçon de 5 ans qui aurait dépensé plus d’un millier d’euros dans le jeu pour Ipad «Zombies vx Ninjas» a, par exemple, fait le tour de la Toile.

Un code pour vérouiller l’accès

Sur l’ios d’Apple, il est pourtant assez simple d’activer un contrôle parental, en allant dans réglages/général/restrictions. Cliquer alors sur activer les restrictions et choisissez un code à quatre chiffres que vous n’oublierez pas. On peut alors non seulement bloquer l’accès aux applications, mais aussi définir les contenus autorisés.

Sur Android, on passera plutôt par des applications dédiées comme Kids Place ou le connu www.parentsdanslesparages.com qui se présente comme une porte d’entrée internet entièrement paramétrable.

Jusqu’où aller?

Il existe également des programmes permettant de contrôler tout ce qui se passe sur la tablette ou l’Ipod Touch de votre enfant, dont le célèbre Spytic , ou encore le récent MySpy . Le principe est ici poussé assez loin, puisqu’il est possible de vérifier l’historique internet, mais aussi chaque recherche, ou encore de recevoir une copie de tous les SMS. Voire même de localiser l’endroit où se trouve l’appareil en temps réel, grâce à la puce GPS intégrée. Cette traçabilité est incluse dans la version gratuite, mais la plupart des autres fonctions ne sont accessibles qu’avec la version payante.

Ce type de logiciel espion pose surtout la question de la limite du contrôle parental (et, parfois, patronal puisque ces softs peuvent également être utilisés dans un cadre professionnel) et du bien-fondé d’un tel droit de regard sur la vie numérique de l’enfant. Pour l’instant, sans doute heureusement, ce type de programme ne peut être installé que sur un Iphone jailbreaké. Par contre, il fonctionne sans autre sur les terminaux Android.

Auteur: Pierre Léderrey

Photographe: Getty Images