Archives
10 novembre 2014

Quand le bug faisait buzzz

En attendant l'éventuel prochain bug de 2038, Isabelle Kottelat nous explique les origines de quelques soucis de haute technologie.

Illustration d'un insecte fait en lettres de clavier
Illustration d'un insecte fait en lettres de clavier

Il y a un bug. Ça fait buzzzz. En tout cas, ça le faisait, dans les premiers ordinateurs. Les virus n’y étaient pour rien. Ni internet ni les spams. Non, une autre bestiole court-circuitait les armoires informatiques, ancêtres de nos Macs et PC, qui a donné son nom au bug. Littéralement l’insecte, en anglais. Et ce n’est pas pour rien.

Dans les années 1930, les premiers ordinateurs, de la grandeur d’une pièce entière, fonctionnaient avec des amplificateurs à lampe ou à tubes – pas ceux qui ont donné le nom aux succès du hit-parade, ceux-là viennent du cylindre sur lequel on enregistrait les morceaux avant le disque et le CD. Donc, les premiers ordis chauffaient. Donc on ouvrait les fenêtres, donc des insectes volants non identifiés s’engouffraient dans les tubes, grillaient eux-mêmes… et le système avec.

Mais bien avant l’informatique et sans avoir d’araignée au plafond, Thomas Edison, le génial et sourd industriel, père de l’électricité moderne, avait déjà un bug dans son vocabulaire. Pour expliquer les défauts de ses systèmes. Et il en a inventé un paquet, champion du monde du nombre de brevets, dont celui de l’ampoule électrique, du phonographe, du kinétographe (première caméra) et du premier studio de cinéma, de la première centrale électrique, de la chaise électrique aussi.

Pas de quoi le béatifier donc. Même pas électriquement. Si, si, c’est possible. C’était même le clou des spectacles d’un autre fou d’électricité, le physicien allemand Georg Mathias Bose, au XVIIIe siècle, qui, bien avant Edison, s’amusait à béatifier des célébrités. Il les installait sur scène et passait dans leurs cheveux un fil métallique discrètement relié à une machine électrostatique. Et sa tête apparaissait auréolée d’une lumière crépitante!

Si personne n’a inventé l’électricité – la foudre a toujours existé – de nombreux génies ont trouvé comment en produire. En premier lieu cette fameuse électricité statique, issue de frottement. La même qui maintient vos cheveux dressés sur la tête après avoir enlevé un pull synthétique!

Auteur: Isabelle Kottelat

Photographe: Konrad Beck