Archives
15 octobre 2012

Que la force du soleil soit avec eux

Des élèves de Frauenfeld installent des panneaux solaires un peu partout en Suisse. Pour leur action, ces agents de l’énergie, comme ils se surnomment eux-mêmes, ont reçu un des prix du concours x-puissance-cœur du Pour-cent culturel Migros.

Les agents de l’énergie tiennent fièrement un panneau solaire ensemble
Les agents de l’énergie en pleine action: Nikos 
Kämpf, Matthias Baltensperger, Alexander Aeppli, Nicola Schelling 
et l’enseignant Matthias Vogel 
(de g. à dr.)

Du toit plat de l’école primaire située aux portes de Frauenfeld (TG), la vue est magnifique sur les collines et les forêts environnantes. Pourtant, Niklos Kämpf, 16 ans, n’a d’yeux que pour l’installation solaire qui occupe une bonne partie de la surface. D’un œil critique, il examine des câbles avant de déclarer: «Cette ligne aurait pu être mieux posée; elle effectue beaucoup trop de détours.»

On le voit: les élèves de Matthias Vogel, un enseignant de Frauenfeld qui a organisé la visite, sont capables de s’exprimer très naturellement sur des détails techniques complexes.

Une fois n’est pas coutume, les jeunes gens visitent aujourd’hui une centrale photovoltaïque déjà en fonction. Car, d’habitude, ce sont eux qui installent ce type d’équipement. En effet, Matthias Vogel a lancé six ans auparavant un projet pédagogique très particulier dans l’école privée où il enseigne. Ses élèves endossent le rôle d’agents de l’énergie, comme ils aiment à se surnommer, et se mobilisent pour la production d’énergies vertes.

Les jeunes bénévoles combattent le diable dévoreur d’énergie

Pour lancer le projet, une pièce de théâtre a été présentée à l’école. Tel James Bond, les élèves luttaient pour sauver le monde. Mais au lieu d’un dangereux méchant comme Goldfinger, c’est le diable dévoreur d’énergie – l’incarnation même du gaspillage – qu’ils ont dû affronter. Pour ce faire, les adolescents n’étaient bien évidemment pas armés de révolvers, mais de lampes basse consommation.

Un agent plein d'éneergie!
Un agent plein d'éneergie!

Depuis, une cinquantaine de jeunes âgés de 13 à 16 ans officient comme agents de l’énergie – dans la vraie vie, cette fois. Ils montent sur les toits où ils hissent de lourds panneaux solaires, qu’ils vissent et équipent de câbles. Ainsi, ils ont par exemple posé une grande installation sur le toit d’un magasin de meubles à Lyssach (BE), sous la direction de leur enseignant et avec l’aide d’un technicien responsable de chantier.

Les jeunes gens apprennent très vite au point de devenir autonomes dans le maniement de ces pièces, dont certaines sont très onéreuses. «Nous devons toujours être prudents avec ces panneaux solaires et prendre autant de précautions que si nous transportions des œufs, explique l’un des élèves, Alexander Aeppli, 14 ans. Chacun de ces panneaux coûte 1000 francs et ils se brisent facilement si on les laisse tomber.»

Ils installent même des panneaux sur les paravalanches

En juin dernier, le travail des agents de l’énergie a atteint de nouveaux sommets. En effet, ils sont allés monter une installation solaire à 1800 mètres d’altitude, près de la station valaisanne de Bellwald, en utilisant comme support les paravalanches déjà en place.

Un jour, les élèves ont été surpris par un violent orage. Les nuages se sont rapprochés à une vitesse inquiétante et des trombes d’eau se sont soudain déversées sur le chantier. «Je ne souhaitais qu’une chose, c’était de me réfugier à l’auberge de jeunesse et de prendre une douche chaude», raconte Niklos Kämpf. Mais en vrais agents dignes de ce nom, les élèves ont d’abord accompli leur mission et ont protégé les panneaux solaires, avant de se replier dans un restaurant d’altitude.

Ces efforts se sont avérés payants. Aujourd’hui, ce dispositif de 60 mètres carrés contribue au fonctionnement du téléski et du télésiège de Bellwald. «Ce serait du gaspillage de ne pas utiliser ici l’énergie du soleil», note Alexander Aeppli. Une remarque pleine de bon sens qui réjouit son maître d’école: «Les élèves tissent un rapport bien différent avec les thèmes environnementaux quand ils quittent leur classe et vont réaliser des projets concrets.»

Pour leur engagement, l’enseignant et les adolescents se sont vu récompenser dans le cadre du concours x-puissance-cœur. Cette initiative du Pour-cent culturel Migros lancée en 2006, a déjà primé toute une série de projets d’élèves s’engageant pour des projets d’intérêt général (lire ci-dessous). «Pour les élèves, il s’agit d’une reconnaissance importante, relève Matthias Vogel, car cela signifie que leur travail est pris au sérieux.»

Les agents de l’énergie vont garder des souvenirs durables de cette expérience. En effet, cette mission au service de l’environnement a même influencé les projets d’avenir de certains d’entre eux. Niklos Kämpf rêve par exemple d’étudier le design industriel afin de concevoir des voitures électriques. «Je regrette que les modèles actuels n’aient pas un son agréable», relève l’adolescent. Qui sait, peut-être que ce technicien en herbe trouvera la solution idéale.

Pour plus d'infos: www.energy-agents.ch (lien en allemand)

Auteur: Michael West

Photographe: Gerry Nitsch