Archives
29 octobre 2012

Rachel Hamel chante aussi du rock

Architecte, choriste d’opéra, chanteuse de jazz et de cabaret, la Lausannoise Rachel Hamel ajoute une nouvelle corde à sa voix en s’essayant au rock.

Rachel Hamel
Rachel Hamel, une Lausannoise bourrée de talents.

D’abord il y a Rachel l’architecte. Celle qui, enceinte de son fils Jules, entreprend de transformer une vieille maison pulliérane sombre dont personne ne veut en une spacieuse demeure contemporaine où elle nous reçoit pieds nus en cet après-midi d’octobre. Puis vient Rachel la chanteuse, celle qui, depuis la révélation de sa passion pour le chant lors d’un séjour à Pérouse une fois son bac en poche, entonne depuis 2000 les airs les plus célèbres avec le Chœur de l’Opéra de Lausanne et depuis 2006 avec l’Ensemble vocal de la même ville. Il y a encore Rachel la scénographe, la graphiste, la chanteuse de jazz, de cabaret et, enfin, de l’univers intimiste pop-rock d’Oscar Louise. Un nom de scène androgyne derrière lequel Rachel Hamel se cache aujourd’hui pour mieux se dévoiler.

Car Oscar Louise, c’est l’aboutissement d’un vieux rêve chez cette fille de diplomate qui a passé son enfance entre la Thaïlande et Madagascar «à chanter par-dessus les disques» de ses parents: celui de raconter des histoires de sa voix grave et chaude, de se «retrouver seule face à un public». C’est aussi l’heureux hasard d’une rencontre avec l’auteur-compositeur lausannois Michael Frei, aka Hemlock Smith, auquel elle demande à la fin d’un concert s’il serait d’accord de lui composer un album: «Je ne m’attendais pas à ce qu’il dise oui si rapidement, se souvient-elle. Les chansons sont arrivées très vite, en deux mois, nous en avions vingt.»

Rachel en retiendra treize, toutes en anglais, la langue de ses années d’enfance en Thaïlande. Des textes «qui parlent du vide, de l’absence, de limites dans les relations», et enrobés d’accords tantôt classieux, tantôt rock, tantôt pop. Une maison remplie d’histoires. Comme elle.


Ce parfum sent la gourmandise, la pâte de brioche de mon enfance.
Ce parfum sent la gourmandise, la pâte de brioche de mon enfance.

Un parfum

«J’ai horreur des parfums, mais celui-ci est différent. Il est composé de bois de senteur blanc, un arbre poussant sur l’île de la Réunion et dont les fleurs rouges exhalent une odeur de farine. Il sent la gourmandise, la pâte de brioche de mon enfance et me rappelle mes années passées à Madagascar, entre 10 et 14 ans. Il est mon doudou réconfortant.»


David Servan-Schreiber avait un regard extraordinaire sur la vie.
David Servan-Schreiber avait un regard extraordinaire sur la vie.

Un livre

«On peut se dire au revoir plusieurs fois» est un livre qui a une signification particulière pour moi. D’abord parce qu’il parle du départ et des rapports avec la famille, mais aussi parce que David Servan-Schreiber, son auteur, était un ami. C’était quelqu’un qui avait un regard extraordinaire sur la vie et qui aidait vraiment les gens.»


«La «Passion selon saint Matthieu» de Bach est l’une des plus belles pages de la musique chorale.
«La «Passion selon saint Matthieu» de Bach est l’une des plus belles pages de la musique chorale.

Une partition

«La «Passion selon saint Matthieu» de Bach est l’une des plus belles pages de la musique chorale. J’ai eu la chance de la chanter avec l’Ensemble vocal de Lausanne sous la direction de Michel Corboz, dont c’est l’une des œuvres préférées. La chanter avec lui, c’était le frisson permanent.»


Une Mini relookée par le styliste anglais Paul Smith.
Une Mini relookée par le styliste anglais Paul Smith.

Une Mini miniature

«J’ai acheté cette «Mini» relookée par le styliste anglais Paul Smith lors d’un voyage à Londres. A la base, elle était pour moi mais mon fils Jules qui avait alors 2 ans s’en est rapidement emparé et a beaucoup joué avec. J’aime ce créateur et cette folie typiquement anglo-saxonne qu’il distille dans des objets d’apparence classique.»


«Mon disque, c’est surtout l’aboutissement d’un rêve de petite fille»
«Mon disque, c’est surtout l’aboutissement d’un rêve de petite fille»


Mon disque

«C’est le bébé qui a vu le jour après trois ans de gestation. C’est surtout l’aboutissement d’un rêve de petite fille: celui de chanter et de raconter des histoires.»


«C'est un vase très poétique.»
«C'est un vase très poétique.»


Un objet design

«Ce vase signé du duo Tsé-Tsé est extrêmement inventif, car il permet de raconter toutes sortes d’histoires avec un système très simple de tubes en verre. C’est aussi un vase qui demande du temps et des soins; il est très poétique.»

Auteur: Viviane Menétrey

Photographe: Carine Roth