Archives
11 février 2013

«Range ta chambre!»

Faire de l’ordre n’est pas inscrit dans nos gènes. Cela s’apprend. Et si cette notion n’est pas inculquée à l’enfant, l’on peut craindre des débordements… Surtout à l’adolescence.

Chambre d'enfant en désordre
A quel âge les enfants doivent-ils apprendre à ranger leur chambre? Vers 4 ans, selon les spécialistes. (photo Getty Images)

C’est une vague, c’est un raz-de-marée! Que dis-je, c’est un raz-de-marée? C’est un véritable tsunami qui a mis sens dessus dessous la chambre d’Eloi.

Le sol est jonché de briques Lego, de personnages Playmobil, de peluches mitées, d’autos miniatures, d’armes diverses et variées… Et avec Noël et son flot de cadeaux, junior en a bien sûr remis une couche! Cette situation mérite, à n’en pas douter, un salutaire et vigoureux coup de balai.

Même s’il estime que l’ordre est une notion suggestive, Jean-Baptiste Dumas, directeur de l’Ecole supérieure en éducation de l’enfance à Lausanne (Esede), admet que «l’enfant doit se sentir à l’aise dans cet environnement à l’intérieur duquel il se construit». Prendre soin de son cocon perso permet au môme d’être bien dans ses murs, mais aussi de conquérir progressivement ce qui constitue son territoire. «C’est un apprentissage à l’autonomie», souligne notre interlocuteur.

Privilégier le dialogue et faire preuve de diplomatie

Bien! Reste maintenant à inculquer le b.a.-ba du rangement à Eloi, lui qui, instinctivement, ne perçoit pas forcément l’utilité de la chose. Oui, mais comment? Déjà, se garder de tout faire à sa place, même si ça irait sans doute plus vite sans lui. Ensuite, privilégier le dialogue et faire preuve de diplomatie. Enfin, l’aider (seul, il n’y arrivera pas), procéder par étapes et lui expliquer le pourquoi de cette démarche (retrouver facilement ses jouets et avoir de la place pour s’amuser).

Maryse Vaillant, coauteure de «Range ta chambre – Petit traité d’éducation familiale»
Maryse Vaillant, coauteure de «Range ta chambre – Petit traité d’éducation familiale». (photo William Daniels)

L’enfance est faite pour apprendre, pour créer. Tout n’est pas discipline.

«Lui montrer, l’encourager, le féliciter et valoriser ce qu’on attend de lui, et insister sur ce qui lui incombe comme étant de sa compétence et de sa responsabilité», précise Maryse Vaillant, coauteure de Range ta chambre – Petit traité d’éducation familiale (Flammarion). Fine stratège, cette psychologue bretonne conseille encore de démarrer cette éducation «vers 4 ans, âge tendre et docile, quand l’enfant a envie de plaire».

Pour que cette mission ne soit pas perçue comme une punition et que filles et garçons y prennent goût (oui, oui, c’est possible!), il faut également se la jouer finaude et ludique. «Rendre le rangement sympathique» ainsi que le résume joliment Jean-Baptiste Dumas. Par exemple, en leur présentant cette activité comme un jeu, en mettant une musique tonique pour donner le rythme, en respectant leurs méthodes de tri et en se retenant de détruire leurs dernières créations.

Le désordre a aussi des vertus

Il existe des moyens de rendre le rangement sympathique. En le présentant comme un jeu par exemple. (photo Getty Images)
Il existe des moyens de rendre le rangement sympathique. En le présentant comme un jeu par exemple. (photo Getty Images)

La chambre n’est toujours pas propre en ordre? Tant pis pour les pointilleux et les méticuleux, et tant mieux pour tous les autres! Car le fatras possède aussi ses vertus (il peut être source de liberté, de fantaisie et de créativité) et que «nous ne vivons pas dans des vitrines » (dixit Maryse Vaillant). «L’enfance est faite pour apprendre, pour découvrir et pour créer, tout n’est pas discipline», ajoute-t-elle.

En revanche, cette psy trouverait judicieux d’inciter les gosses à participer à de menues tâches ménagères, du style nourrir le poisson rouge, mettre la table ou sortir la poubelle. «C’est même indispensable, dit-elle. L’enfant doit apprendre ce qu’est le bien commun, l’espace commun, c’est le début de la socialisation, de la citoyenneté.» En plus, demander à un bout de chou des petits services comme ceux-là, c’est le valoriser, lui donner confiance et le rendre fier de lui.

Et quand Eloi sera-t-il autonome en la matière? «Jamais!» répondent en chœur nos deux spécialistes. En effet, quoi qu’entreprennent ses parents, il n’en fera probablement qu’à sa tête au final. Pourquoi? Parce que chacun de nous a son propre rapport à l’ordre et qu’il faut de tout pour faire un monde, aussi bien des maniaques que des bordéliques…

Auteur: Alain Portner