Archives
25 juin 2012

Réviser en été?

Comment, quand et pourquoi recourir au coaching scolaire durant les vacances estivales? Les conseils d’Isabelle Henzi, mère de trois enfants et fondatrice du site lafamily.ch.

Une étudiante allongée dans l'herbe, le visage recouvert d'un livre
Les révisions sont recommandées pour les élèves ayant eu des difficultés pendant l'année. (Photo: Getty Images)

Réviser pendant les vacances? Ouille! Les concernés vous diront que ce n’est pas fait pour ça. Que dans «pause estivale», le mot qui compte, c’est «pause». Les éditeurs de cahiers de vacances et les professionnels du coaching scolaire – à domicile, en classe ou dans des camps d’été ou stages linguistiques – vous conteront, eux, monts et merveilles de ces révisions de vacances – les camps, d’ailleurs, ont souvent lieu à la montagne.

Les parents discuteront plutôt le fait de savoir quand, comment et qui faire réviser: «Pour les enfants qui galèrent pendant l’année, ou simplement ont un peu joué les touristes, des révisons seront indispensables», explique Isabelle Henzi, fondatrice du site lafamily.ch, ancienne présidente de l’association Ecole des parents à Lausanne et mère de trois enfants. Inutile donc de faire réviser pour faire réviser.

Elle raconte n’avoir elle-même jamais envisagé de recourir au moindre système de révision scolaire pendant les vacances pour ses deux premiers, «des élèves plutôt sérieux». Alors que le dernier a eu droit «à des révisions à domicile et des stages linguistiques». La totale donc.

Entre les révisions en groupe, justement, ou le travail à la maison, que choisir de préférence? Pour Isabelle Henzi, les stages et autres camps scolaires présentent certains avantages: «Ils permettent à l’enfant de replonger dans une ambiance scolaire plus facilement qu’à la maison. Et puis il y a les copains.»

Au chapitre des inconvénients, ces séjours collectifs peuvent s’avérer «plutôt chers», surtout pour les familles ayant plusieurs bambins à faire driller. Même si la plupart des instituts et écoles qui en proposent assurent «toujours parvenir à trouver une solution» même pour des parents qui ne roulent ni sur l’or ni sur l’argent.

Pour les langues c’est bien, pour les maths peut faire mieux

Autre inconvénient des révisions collectives: pour combler des lacunes spécifiques, mieux vaut en général un enseignement individuel et personnalisé. Encore que cela dépende évidemment des disciplines. «Les camps et les stages fonctionnent mieux pour les langues, assure Isabelle Henzi. Mais pour les maths par exemple, mieux vaut opter pour un enseignement individuel.»

Déterminez avec votre enfant un court moment d’étude.
 – Isabelle Henzi

Restent les révisions à la maison, qui présentent l’avantage de permettre à l’enfant de travailler à son rythme. A condition toutefois de fixer des objectifs précis: «Révisions de calcul ou d’orthographe, verbes irréguliers…» Et de suivre un horaire solidement balisé: «Déterminez avec lui un court moment d’étude, une demi-heure voire trois quarts d’heure, mais pas plus, de préférence le matin avant de partir en randonnée ou à la plage.»

Les inconvénients pourtant de ces révisions à la maison semblent tout aussi nombreux. Comme pour les parents de revêtir le costume d’affreux bourreaux qui empêchent, en pleines vacances, leur enfant d’aller jouer avec ses copains. Histoire d’éviter cet écueil, «pourquoi ne pas prendre un étudiant à domicile qui pourrait venir quelques heures par semaine superviser le travail à faire?»

A la maison, le risque existe aussi de ne pouvoir tenir l’horaire prévu – en raison par exemple de visites impromptues ou tout autre événement inattendu. Certains environnements familiaux peuvent même s’avérer tout à fait incompatibles, ou en tout cas guère propices à l’étude. Les jeunes frères et sœurs bruyants, parents envahissants constituent des exemples parmi d’autres. «Alors que pour étudier, rappelle Isabelle Henzi, l’enfant a besoin de calme, de monotonie même, tout comme l’heure des repas.»

Avec le bon matériel pédagogique

Du matériel pédagogique adéquat est indispensable.
Du matériel pédagogique adéquat est indispensable.

Sans parler du fait qu’il n’est jamais très pédagogique d’obliger un enfant à réviser «pendant qu’il sait que le reste de la famille vit des choses fabuleuses sans lui». Une autre erreur à ne pas commettre, selon Isabelle Henzi, serait de faire réviser son enfant sans matériel pédagogique adéquat. De vouloir soi-même s’imposer réviseur, coach scolaire: «Certains parents se pensent bons en maths ou en français et donc aptes à faire travailler eux-mêmes leurs rejetons. Mais les méthodes d’enseignement et la façon d’expliquer ont beaucoup changé et de telles initiatives risquent de n’avoir qu’un résultat: déstabiliser l’enfant.» Se munir donc de cahiers de vacances adaptés. «Attention surtout de bien choisir des brochures romandes. Les cahiers français sont très bien, mais pour la France!»

Enfin si l’on entend faire réviser efficacement son enfant, mieux vaut ne «pas prendre un niveau au-dessus du sien». Un excès d’effort pourrait bien rapidement dégoûter angelottes et chérubins.

Auteur: Laurent Nicolet