Archives
3 février 2014

Robert Bouvier: une vie pour le théâtre

Quand il n’est pas en coulisses en train de diriger le Théâtre du Passage de Neuchâtel, Robert Bouvier brûle les planches. Il a ainsi triomphé au début de l’hiver à Paris et reprend ces jours à Vidy son rôle-phare créé il y a vingt ans: François d’Assise.

Robert Bouvier directeur du Théâtre du Passage à Neuchâtel  comédien metteur en scène.
Robert Bouvier, directeur du Théâtre du Passage à Neuchâtel, comédien et metteur en scène.

Les ruches installées sur le toit du Théâtre du Passage, dans le centre-ville de Neuchâtel, donnent, dit-on, un très bon miel. Surtout, elles traduisent merveilleusement bien lactivité trépidante qui se déroule à l’intérieur de la maison neuchâteloise. Car ici, entre les plus de cent trente représentations mises sur pied chaque saison, les répétitions y relatives, la cinquantaine de soirées où les salles sont louées par des organisateurs tiers et les deux compagnies en résidence, le théâtre ne dort jamais.

A la tête de cette mécanique bien huilée, Robert Bouvier dirige sa troupe avec toujours le même enthousiasme. «Depuis quatorze ans, le plaisir de travailler ici est resté intact, car j’adore par-dessus tout pouvoir partager mes coups de cœur avec le public.»

Résumer Robert Bouvier à un rôle de directeur serait toutefois réducteur, car le Neuchâtelois est aussi metteur en scène et acteur. D’octobre à fin décembre dernier, au Théâtre du Petit-Hébertot à Paris, il a par exemple triomphé dans «Doute», un drame de John Patrick Shanley, qualifié par le critique du «Figaro» comme étant l’une des meilleures pièces de la saison.

Et durant tout le mois de février, tout en supervisant la tournée en France et en Suisse de son spectacle «Les deux gentilshommes de Vérone», dont il signe la mise en scène, Robert Bouvier reprendra à Vidy (VD) «François d’Assise», l’œuvre-phare de son répertoire. «Je l’ai créée il y a tout juste vingt ans. Mais le texte est si riche qu’il est possible de le moduler et le faire évoluer à l’envi.» Décidément, Robert Bouvier ne s’arrête jamais. Comme son théâtre.

Une journée dans la vie de Robert Bouvier

9 h arrivée au théâtre

théâtre du passage
L'arrivée au théâtre, sur tapis rouge bien entendu.

«J’aime cette entrée: la salle est cachée derrière cette vieille maison. Ainsi, le spectateur a l’impression d’aller chez des amis. Je veux que le théâtre soit chaleureux.»

10 h hors les murs

Pascal Di Mito, Robert Bouvier et Amandine Baldin
Pascal Di Mito, Robert Bouvier et Amandine Baldin (de g. à dr.).

«Le régisseur général Pascal Di Mito et notre apprentie techniscéniste Amandine Baldi préparent les lumières et les costumes qui partiront avec moi pour les représentations à Vidy de la pièce ‹François d’Assise› de Joseph Delteil. Chaque année, notre troupe joue une centaines de soirs à l’extérieur.»

12 h 30 entracte

Laurent Kurth et Robert Bouvier
Laurent Kurth et Robert Bouvier.

«A midi, le restaurant du théâtre fait presque toujours le plein. C’est pour moi l’occasion d’entretenir des contacts. Comme ici avec Laurent Kurth, président du Conseil d’Etat de Neuchâtel. Je le croise aussi parfois le soir, avant ou après une représentation.»

14 h programmation future

Robert Bouvier et Yves Senn.
Robert Bouvier et Yves Senn.

«Avec Yves Senn, directeur de L’avant-scène opéra, nous planifions la programmation de ‹La veuve joyeuse› qu’il va diriger en 2015. Durant une saison, il est important d’alterner les genres: théâtre, opéra, danse, humour. Le choix des dates peut être un vrai casse-tête.»

14 h 30 à l’heure des répétitions

Jérémie Brocard et Robert Bouvier
Jérémie Brocard et Robert Bouvier en pleine répétition.

«Je vais mettre en scène l’opéra «Tosca» en mars. Avant les répétitions avec l’orchestre, j’aime discuter avec les chanteurs de leur personnage. Pour le rôle d’Angelotti, qui vient de s’évader de prison, je souhaite que Jérémie Brocard joue un homme fiévreux, aux aguets.»

15 h 30 choix de l'affiche

Danielle Monnin Junod, Robert Bouvier, Damien Modolo
Avec Danielle Monnin Junod et Damien Modolo.

«Avec l’administratrice de la compagnie du Passage Danielle Monnin Junod et le chargé de production Damien Modolo, nous choisissons le matériel que nous enverrons à la trentaine de théâtres français et suisses qui accueillera la tournée de ‹Doute› en mars avril. En fonction des lieux, nous varions les photos et même les affiches.»

16 h entre ville et scène

«Je passe beaucoup de temps à me changer. Mais qu’il s’agisse d’un costume de ville ou de scène, j’endosse mon rôle avec le même investissement et le même plaisir.»

18 h 30 lecture publique

Robert Bouvier
Lecture des «Cahiers de Nijinski».

«L'Association des amis de la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel m’a invité à donner une lecture. J’ai choisi «Les cahiers de Nijinski», dont le manuscrit a longtemps été censuré. On y devine la folie naissante de ce danseur de génie. C’est poignant.»

© Migros Magazine – Pierre Wuthrich

Auteur: Pierre Wuthrich

Photographe: Mathieu Rod