Archives
14 mars 2016

La marathonienne de l’info

Du vendredi au dimanche, Romaine Morard est le visage du Téléjournal de la RTS. Cinq éditions assurées en trois jours, un record. Mais pas de quoi entamer l’énergie de cette jeune maman passionnée de politique et d’Italie.

Romaine Morard photo
Les journées de Romaine Morard sont de vrais marathons!

Du Palais au JT

Le train en partance pour Genève est affiché à 8 h 12 et, ce dimanche matin, Romaine Morard nous attend pile-poil à l’heure sur le quai de la gare de Lausanne, le regard bleu glacier et la chevelure brune baignés de soleil. «Notre Marie Drucker helvétique», comme elle a été baptisée, vient tout juste de quitter Gaspard et Jules, ses deux garçons de 4 ans et 15 mois, et leur papa.

Un dimanche presque comme un autre pour celle qui assure trois week-ends par mois les cinq éditions du TJ sur la RTS.

Mes journées commencent à 8 h et se terminent à 20 h, c’est un vrai marathon»,

confie-t-elle dans le train qui nous emmène à l’autre bout du lac.

La carrière de Romaine Morard, bientôt 37 printemps, est loin de se résumer à l’antenne. Presse écrite, radio, où elle effectue son stage et ses premiers pas de correspondante parlementaire à Berne, puis télévision où elle couvre, enceinte de 8 mois, les élections fédérales de 2011, cette diplômée de HEI a vécu plus d’une vie de journaliste. Un rêve de gosse qu’elle caressait depuis son village d’Ayent, en Valais, réalisé comme par enchantement par cette épicurienne surdouée. Car la vie version Romaine ne vaudrait pas d’être vécue sans un bon verre de vin rouge et un morceau d'Italie.

Une journée avec Romaine Morard

8h00 Train «Durant le trajet Lausanne-Genève, je lis la presse tout en écoutant de la pop italienne des années 70. J’adore l'Italie depuis toute petite. Même si je souffre du temps passé dans les transports, voyager avec une telle vue sur le Léman est une sacrée chance.»

9h00 Briefing«L'actualité n’est pas très fournie, comme souvent le dimanche. C’est là toute la difficulté: faire un journal avec peu d’actu et peu de forces. Pour l’ouverture, nous allons partir sur les élections américaines et la victoire de Donald Trump à la primaire républicaine en Caroline du Sud.»

10h00 Maquillage «Je dois impérativement descendre à la coiffure et au maquillage où je passe une heure chaque jour. Même si cela peut paraître relaxant, je suis rarement très zen, car je ne peux rien faire et j’ai un journal à écrire... Je me repasse donc les sujets dans la tête et j’imagine déjà les titres.»

11h00 Ecriture «C'est le moment de passer à l’écriture du journal. Je visionne les sujets tout en jetant un œil sur les dernières dépêches et j'appelle les correspondants.»

12h35 Brève détente «Je chante toujours avant de passer à l’antenne, ça me détend! Je répète mon texte une fois et je suis prête pour mon premier direct de la journée.»

16h00 Première sélection «Nous faisons un premier choix pour le 19h30 avec Laure-Christine Wicht, la cheffe d’édition du week-end. Jusqu’à la dernière minute, le journal est susceptible de changer. Pour ce soir, nous prévoyons entre autres un sujet sur les 100 ans de la bataille de Verdun.»

19h30 Introduction «Bonsoir à tous, merci d’être avec nous. Voici les titres de ce dimanche 21 février...» Mon fils Gaspard connaît ma phrase d’introduction par cœur et j’ai beau essayer de la changer, je finis toujours par y revenir.»

Texte © Migros Magazine – Viviane Menétrey

Auteur: Viviane Menétrey

Photographe: Jeremy Bierer