Archives
18 mars 2013

Manger des fraises sans état d'âme

En ce moment, c’est la saison des fraises dans le sud de l’Espagne. Migros s’engage en faveur de conditions de travail correctes et d’une utilisation raisonnable de l’eau dans la région.

Déjà en rayons, 
les fraises du sud de l’Espagne 
nous donnent 
un avant-goût 
de l’été.
Déjà en rayons, 
les fraises du sud de l’Espagne 
nous donnent 
un avant-goût 
de l’été.

Manger des fraises dès le printemps? Nombreux sont les Suisses à vouloir profiter de l’avant-goût estival que procurent ces fruits à la fois sains et gourmands.

Pour satisfaire ses clients, Migros – tout comme d’autres distributeurs – propose des fraises cultivées dans la province d’Huelva, dans le sud de l’Espagne, où la saison a déjà commencé.

La production de fraises dans cette région a fait l’objet de vives critiques dans les médias. En effet, celle-ci abrite également le parc national de Doñana, une zone humide d’importance internationale. La réserve constitue les quartiers d’hiver de nombreux oiseaux migrateurs.

En consommant de l’eau de manière excessive, les producteurs de fraises font baisser le niveau des nappes phréatiques et menacent cet écosystème fragile.

Migros s’emploie activement à résoudre ce problème. Elle a engagé un dialogue entre les autorités locales, les producteurs de fraises et des organismes de défense de l’environnement tels que le WWF Espagne. Parmi les sept coopératives agricoles qui fournissent le détaillant, une seule se situe à une distance critique de la réserve naturelle. Par ailleurs, la consommation d’eau de deux autres coopératives affecte le niveau des nappes phréatiques et des affluents du parc national.

Consommation sous la loupe d’experts indépendants

«Nous avons fait réaliser des audits sur la consommation d’eau dans les exploitations des sept coopératives», explique Jürg von Niederhäusern, spécialiste des normes sociales et environnementales au sein de la Fédération des coopératives Migros.

Dans le cadre de ces audits, des experts indépendants ont effectué des enquêtes. Cela doit garantir une amélioration des mesures de la consommation d’eau, par exemple grâce à l’installation de compteurs d’eau. Les exploitations devraient petit à petit opter pour des méthodes d’irrigation plus efficaces.

Par ailleurs, Migros presse les autorités andalouses d’adopter des mesures juridiques claires en matière d’utilisation de l’eau. «Nous attendons une décision du tribunal concernant la légalité des différents captages de sources de la région», ajoute Jürg von Niederhäusern. Migros demandera ensuite à ses fournisseurs de cesser de recourir à ceux dont l’utilisation aura été déclarée illégale.

Conditions de travail à respecter scrupuleusement

Outre son engagement actif en faveur de l’environnement, Migros s’efforce de protéger les droits des agriculteurs employés par les sept coopératives agricoles de la région. L’entreprise participe pour cela à l’initiative GRASP (lire ci-contre). D’ici à fin 2013, des audits concernant les conditions de travail doivent être effectués dans toutes les exploitations.

Il s’agira notamment de vérifier si tous les employés disposent de contrats de travail leur garantissant un salaire, des horaires de travail et des prestations sociales conformes à la législation espagnole. «Nous exigeons de nos fournisseurs qu’ils respectent scrupuleusement le droit du travail», souligne Jürg von Niederhäusern.

Auteur: Michael West

Photographe: Jorma Müller