Archives
7 septembre 2015

Séduisante Toyota Aygo

Avec son cœur gros comme ça, la petite citadine en fera chavirer plus d’un.

La Toyota Aygo
La Toyota Aygo.
Leïla Rölli photo.
Leïla Rölli.

Impossible de manquer l’espiègle Toyota Aygo, elle se reconnaît au premier coup d’œil grâce au «X» gigantesque qui tranche l’entier de son museau. Ce «X», d’un coloris différent que le reste de la carrosserie, devient la signature du modèle. J’ai d’ailleurs été amusée de croiser autant de Toyota Aygo dans mon quotidien. Non pas qu’elles soient en surnombre, mais lorsqu’une voiture est si facilement identifiable, on y fait beaucoup plus attention... d’autant plus lorsqu’elle est jolie à regarder!

Plusieurs visages

Séduite par son allure réussie, il me fallait maintenant m’intéresser à ses performances. C’est lors d’une escapade avec Charlotte que j’ai pu voir ce que le moteur de la petite Aygo avait en réserve. A la recherche d’un appartement à louer pour la saison d’hiver, nous devions nous rendre à Haute-Nendaz (VS) afin de visiter quelques biens. Sur le trajet, l’Aygo m’a montré plusieurs visages. Un peu molle sur les longues accélérations, comme les entrées d’autoroute avec un 0 à 100 km/h en plus de 14 secondes, elle s’est révélée stable et très maniable sur les chemins escarpés. Avec son petit gabarit, elle se faufile partout et fait preuve de suffisamment de dynamisme à bas régime pour que la notion de plaisir s’invite au voyage. On n’atteint pas la sportivité que fait espérer son look tendu, mais ses performances sont plus que correctes.

En tant que conductrice et passagère avant, l’Aygo nous a paru accueillante et offrant un confort supérieur à nombre de ses concurrentes, avec l’originalité en plus. A l’arrière, Toyota sauve les meubles en supprimant la place centrale et en minimisant le volume du coffre. A deux sur la banquette, on est à son aise, même si les longues jambes devront s’incliner un peu pour ne pas entrer dans les dossiers avant. Abordable, parfaite pour la ville et les courtes escapades, l’Aygo est une de ces voitures qui marchent au coup de cœur, et je suis prête à parier qu’elle en fera chavirer plus d’un!

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le coffre Petit, le coffre n’est pas le meilleur atout de la Toyota Aygo, car il n’offre que 168 l sous pavillon. Néanmoins, on y range trois bons paniers de courses ou un petit bagage sans difficulté. L’ouverture n’est pas aisée, car le bouton de déverrouillage du hayon ne se trouve pas sur ce dernier, mais en dessous, des gestes auraient pu être économisés.

L’habitacle Quatre personnes prennent place dans la Toyota Aygo, puisque seuls deux sièges sont disponibles à l’arrière. L’habitacle est lumineux et clair, l’espace est restreint mais suffisant, même si quelques centimètres aux genoux, à l’arrière, auraient été appréciés. L’ambiance est fraîche et pétillante sans tomber dans le cliché des voitures destinées à un public jeune.

La sécurité Compacte, petit prix mais bien équipée! En plus des options de base, l’Aygo dispose du contrôle de stabilité du véhicule, de six airbags et du système ISOFIX pour que les plus petits voyagent eux aussi en toute sécurité.

Le tableau de bord Une planche de bord tout en volume puisque les différents éléments, (volant, compteurs, console ou boîte à gants) semblent sortir de leur socle pour aller à la rencontre des occupants. L’ensemble, original, mélange les matières et les codes, on a par exemple un compteur de vitesse traditionnel avec aiguille et un compte-tours digital.

Le look Reconnaissable grâce à la grande croix qui flanque son avant, traçant une diagonale entre les rétroviseurs et les roues avant qui leur sont opposées, la petite Aygo arbore un look jeune et dynamique. Les lignes sont sportives et originales. La version testée étant d’un blanc éclatant coupé par un X noir et soulignée par une barre rouge sous sa calandre, l’Aygo est taillée sur mesure pour les supporters de Neuchâtel Xamax!

Auteur: Leïla Rölli