Archives
11 juin 2012

Sensations de conduite futuristes

A bord de cette Peugeot, le conducteur se croirait presque à l’intérieur d’une navette spatiale.

la Peugeot 3008
Agréable à conduire, souple et raisonnablement réactive, la 3008 Hybrid 4 est aussi très intuitive. (Photo: DR)

En entrant dans la Peugeot 3008, j’ai été frappée par le grand nombre de commandes et boutons présents sur sa console centrale. Avec un siège conducteur à la position légèrement inclinée, très confortable, ainsi que le sentiment de cloisonnement induit par la hauteur de la console, j’avais la vague impression de me trouver à bord d’une capsule de la NASA ou, du moins, de l’idée que je m’en fais. Sensation renforcée lors de la mise en marche du véhicule, lorsqu’une petite plaque transparente, appelée «Head Up Display», s’est dressée au sommet du tableau de bord et que j’y ai vu apparaître les km/h de manière holographique. Ainsi, ma vitesse était affichée en chiffres lumineux directement sur la route que je n’avais plus à quitter des yeux.

Agréable à conduire, souple et raisonnablement réactive, la 3008 Hybrid 4 est aussi très intuitive. Toutefois, l’abondance de commandes et l’idée préconçue qu’une hybride de ce genre ne pouvait en aucun cas disposer d’un mode tout-terrain m’ont fait occulter une molette bien utile. Me rendant chez des amis en montagne, je devais prendre un chemin de terre très raide et glissant. Les dimensions de la 3008 étant assez imposantes, j’avais peur de la frotter contre les branches ou le mur de pierres qui bordaient le chemin et me suis appliquée tant bien que mal à gravir la pente en mode sport, mode que j’avais activé un peu plus tôt. C’est seulement arrivée en haut, après avoir peiné pendant dix minutes, que je me suis rappelé qu’il m’était possible d’enclencher le mode quatre roues motrices. Forte de cette expérience, je me suis empressée de passer le mode automatique pour que, si ma mémoire venait à nouveau à me jouer des tours, l’ordinateur de bord décide lui-même de la fonction adéquate.

Et dans la vraie vie, elle est comment cette voiture?

Le look

La 3008 est un SUV qui n’en a pas l’air. Un ensemble harmonieux, mais très imposant. Des ailes galbées, des projecteurs soulignés par une rangée de LED, une calandre expressive. L’ensemble est réussi, mais ne s’illustre pas particulièrement par une grande originalité.


La 3008 dispose d’un toit vitré étendu sur tout l’habitacle. (Photo:DR)
La 3008 dispose d’un toit vitré étendu sur tout l’habitacle. (Photo:DR)

Le toit panoramique

Comme bien d’autres voitures actuelles, la 3008 dispose d’un toit vitré étendu sur tout l’habitacle. L’ambiance est sublimée par une luminosité rafraîchissante. Comment s’en passer?


Un moteur diesel optimal sur trajets routiers, autoroutiers et extra-urbains. (Photo:DR)
Un moteur diesel optimal sur trajets routiers, autoroutiers et extra-urbains. (Photo:DR)

Le moteur diesel

Optimal sur trajets routiers, autoroutiers et extra-urbains, il développe une puissance maximale de 120 kW à 3750 tr/min ainsi qu’un couple maximal fixé à 300 Nm à 1580 tr/min.


La 3008 regorge de technologies de confort. (Photo: DR)
La 3008 regorge de technologies de confort. (Photo: DR)

La technologie

Un vrai petit bijou d’innovation! Outre sa motorisation, la 3008 regorge de technologies de confort (audio, connectivité, navigation, etc.) et de sécurité (Head Up ­Display, ESP, etc.). Un écran de 7’’ 16/9 ­couleur ­permet notamment de s’informer sur l’activité des moteurs en temps réel et de surveiller sa consommation.


Il existe 4 modes possibles. (Photo: DR)
Il existe 4 modes possibles. (Photo: DR)

Quatre modes

ZEV: donne accès à un mode électrique étendu à 100%, si l’autonomie le permet. AUTO: l’électronique gère automatiquement l’apport des deux moteurs en fonction de la demande en minimisant la consommation. SPORT: additionne la puissance des deux moteurs pour une conduite très dynamique. 4WD: combinaison des deux moteurs pour une motricité optimale.