Archives
24 mars 2014

Bienvenue à bord

Seraina Cavigelli travaille comme flight attendant chez Swiss depuis dix-huit mois et s’est déjà rendue aux quatre coins de la planète. «Migros Magazine» l’a suivie sur un vol Zurich-Stockholm et retour.

Sereina Cavigelli dans la cabine
Bienvenue à bord!

En 1934, en première européenne, Swissair engageait une femme – Nelly Diener – pour venir étoffer les rangs de son personnel navigant, composé alors uniquement d’hommes. Aujourd’hui, les proportions sont presque inversées. Sur les plus de 3300 flight attendants (on ne dit plus hôtesse de l’air) que compte Swiss, 2400 sont des femmes. Seraina Cavigelli est de celles-là.

«Ma mère travaillait pour Swissair et, petite, j’adorais feuilleter l’album de ses voyages. Cela me faisait rêver»

explique la jeune femme. Et même si le rythme des rotations d’avion s’est intensifié, même si le salaire de base de 3300 francs par mois peine à décoller en début de carrière, même si les horaires irréguliers rendent plus complexe une vie sociale, la profession continue d’exercer un attrait certain.

«J’ai beaucoup de chance. Sans ce poste je n’aurais jamais pu voir autant de pays à mon âge et rencontrer un si grand nombre de personnes. Sur les vols long-courriers, nous passons une à deux nuits sur place. J’ai ainsi pu découvrir New York, Shanghai ou encore San Francisco, une ville que j’adore.»

Par contre, Seraina Cavigelli n’aime pas que l’on résume sa profession à celle de serveuse:

«Notre principale mission est d’assurer la sécurité des passagers et le bon déroulement du vol en cabine.

Durant notre formation, nous suivons notamment des cours de secourisme afin de pouvoir venir en aide aux passagers en cas de nécessité. Le côté service n’est que la partie visible de notre métier», explique-t-elle dans un grand sourire, un vrai sourire d’ambassadrice.

Nous avons également profité de l'occasion pour poser quelques questions à Patrick Aschwanden, commandant de bord.

Une journée avec Seraina Cavigelli, flight attendant

05 h 30: arrivée au centre des opérations
«J’avoue ne pas aimer me lever si tôt, mais les horaires irréguliers font partie du métier. Quelle que soit l’heure toutefois, nous devons nous présenter sous notre meilleur jour: être bien maquillée, avoir un uniforme impeccable, être toujours souriante et mettre nos éventuels soucis privés de côté.»

Sereina Cavigelli arrive au centre.
La journée peut démarrer.


05 h 50: Briefing avec l’équipage
«Avant de monter à bord, tout l’équipage se retrouve pour un briefing. Le maître de cabine nous indique le nombre de passagers et répartit les tâches. Le commandant de bord et le copilote nous rejoignent et nous font un rapport météo. Aujourd’hui, à part un léger vent du sud, les conditions de vol sont excellentes en Suède.»

Sereina Cavigelli et ses collègues salue le pilote qui se joint à la séance.
Séance de briefing


06 h 15: à bord d’un des 24 Airbus A320 de Swiss
«Selon les vols, je m’occupe du service en business ou en economy. J’aime cette alternance. En classe affaires, il faut être précis et se soucier du moindre détail, mais il y a moins de passagers. En classe économique, il y a certes plus de monde, mais il est plus facile de faire plaisir avec une petite attention.»

Airbus A 320 de Swiss.
Airbus A 320 de Swiss. Photo: Markus Guller/Swiss


07 h 15: service à bord
«Le crew bus nous arrête directement au pied de l’avion. Il nous reste quelques minutes pour vérifier l’équipement, préparer les journaux du jour et surtout enclencher la climatisation. Car dans la cabine, comme dans une voiture en hiver au petit matin, il peut faire très froid.»

Seraina Cavigelli en train de faire le service à bord.
Il est temps de chouchouter les passagers.


09 h 10: Stockholm, trente minutes d’arrêt
«Après avoir dit au revoir un à un à tous les passagers, nous laissons la place à une équipe de nettoyage de l’aéroport pour remettre la cabine en ordre. Il faut faire vite avant que les nouveaux voyageurs n’arrivent. Nous ne restons que trente minutes au sol à Stockholm.»

Vue depuis le hublot sur le bâtiment de l'aéroport de Stockholm.
Stockholm, nous sommes là!


10 h 30: jamais sans mon crew bag
«Le crew bag fait partie de l’uniforme du flight attendant à part entière. J’y range tous les documents liés aux vols du jour ainsi que mes affaires personnelles, comme des bas de rechange.»

le sac faisant partie de l'uniforme.
Un sac qui recèle de trésors!

11h 25: la «Swiss touch»
«Avant d’atterrir, nous distribuons encore les fameux chocolats Swiss. Ils sont toujours très appréciés, notamment des passagers asiatiques. Il s’agit d’une vraie carte de visite pour notre compagnie, mais aussi pour notre pays.»

Paniers avec des chocolats arborant une étiquette avec le logo de la compagnie d'aviation Swiss.
On ne peut imaginer de Swiss sans chocolat...


12 h 30 : à la prochaine fois?
«De retour à Zurich, nous nous saluons et échangeons encore quelques mots. Comme nous sommes plus de 3300 flight attendants, il est rare que je travaille deux fois de suite avec les mêmes collègues. Heureusement, en vol, nous faisons toujours très vite connaissance.»

Seraina Cavigelli prend congé de ses collègues de travail.
Quelle journée bien remplie!


Vous avez envie de prolonger le voyage? Attachez vos ceintures et atterrissez en toute sérénité sur Zurich par le biais de la vidéo ci-dessous...

Texte: © Migros Magazine – Pierre Wuthrich

Auteur: Pierre Wuthrich

Photographe: Gaëtan Bally