Archives
14 décembre 2015

Soutien aux cultivateurs indiens

Migros est le premier détaillant au monde à proposer de petits épis de maïs labellisés Max Havelaar. Pour le plus grand bien des petits paysans indiens.

Champs de maïs
Les petits paysans cultivant du maïs près du village de Chennapatna, dans le sud de l’Inde, bénéficieront bientôt de soins médicaux de meilleure qualité.

Les paysans de l’Etat indien de Karnataka, dans le sud du pays, n’ont pas la vie facile. Leurs parcelles, à peine plus grandes qu’un demi-terrain de football, génèrent des rendements limités; l’école du village est dépourvue d’installations sanitaires; l’hôpital le plus proche, situé à des kilomètres, est difficilement accessible… Pourtant, dans le village de Chennapatna, nonante petits exploitants ont décidé de se rassembler en coopérative. Cette association a conclu un partenariat avec Migros et obtenu le label de qualité Max Havelaar, qui lui offre de belles perspectives de développement.

Sur leurs terres, les paysans font pousser les petits épis de maïs jaune tendre qui accompagnent toutes les raclettes suisses. A l’origine, les habitants de la région vivaient avant tout des activités laitières, les mini-épis étant principalement destinés au bétail. Désormais, ils sont aussi transformés par une entreprise indienne et commercialisés à Migros, qui les propose en bocaux sous la marque Condy. L’ensemble de la chaîne de production a reçu la certification Max Havelaar: les producteurs peuvent ainsi compter sur un prix de vente équitable, additionné d’une prime Fairtrade de 15%.

Améliorer durablement l’offre de soins médicaux

Il s’agit là bel et bien d’un projet pionnier. Migros est en effet le premier détaillant au monde à introduire des épis de maïs Max Havelaar dans son assortiment.

La collaboration signe l’aboutissement de deux années de préparation. Au cours de cette période, Michèle Müller, acheteuse d’accompagnements pour la Fédération des coopératives Migros, s’est rendue plusieurs fois sur place, participant même à une assemblée paysanne. Cette spécialiste du marketing sait donc parfaitement à quoi la coopérative compte employer sa prime Fairtrade: elle veut mettre sur pied un dispensaire mobile et équiper l’école des toilettes qui lui font défaut – une urgence si l’on tient compte des conditions de vie très modestes de la petite communauté.

Thomas Meyer, Business Development Manager chez Max Havelaar, attache une grande importance à ce genre de projets au profit des petits paysans, acteurs les plus vulnérables de l’économie mondiale: «Ce sont eux qui subissent le plus durement les forces du marché.» Raison pour laquelle, dans le cadre de Génération M, Migros s’est engagée à élargir son assortiment de produits Max Havelaar de 75%.

Auteur: Michael West

Photographe: Michèle Müller