Archives
14 avril 2014

Stéphane Montangero, un militant bon vivant

Il vient d’être élu à la tête du Parti socialiste vaudois. Mais Stéphane Montangero est une figure engagée depuis toujours au service des autres. Rencontre au pas de course entre bureau, marché, bateau et siège du parti.

Portrait de Stéphane Montangero en train de porter une fourchette verte surdimensionnéee sur son épaule.
Stéphane Montangero tient beaucoup à la Fédération Fourchette verte.

Il reconnaît lui-même qu’il a de la peine à parler de lui. Son truc, c’est plutôt les autres. En particulier les plus démunis. Défendre leurs intérêts, comme il l’a fait en présidant durant cinq ans la Fondation Mère Sofia, les mettre en lumière dans un monde qui n’aime pas, ou si peu, les faibles, tel est le combat qui anime depuis toujours Stéphane Montangero, nouveau président du Parti socialiste vaudois (PSV).

Entré en politique au lendemain du 6 décembre 1992, lorsque le peuple suisse a refusé d’adhérer à l’Espace économique européen (EEE), cet infatigable militant a grandi à Aigle dans une famille à la double origine libérale et socialiste. Il aime d’ailleurs dire que son goût du travail est l’héritage protestant de son père, tandis que son engagement social lui vient de sa mère, elle-même fille d’un des cofondateurs du Parti socialiste de Bex (VD).

Alors, suivre ce quadra gourmand et généreux au long de sa journée, c’est forcément sauter d’un combat à l’autre, d’un marché à un café en passant par le bureau. C’est pousser la porte du Parti socialiste, mais aussi celle de la Fédération Fourchette verte qu’il dirige depuis cinq ans, et de la Compagnie générale de navigation sur le lac Léman et dont il est l’un des administrateurs. C’est forcément aller à la rencontre des autres.

Une journée avec Stéphane Montangero

06 h 00: petit matin
«Ma journée commence tôt par la lecture de la presse et de mes mails. Je suis passionné par l’actu: j’aime savoir ce qui se passe.»

Stéphane Montangero en train de lire sur son ordinateur.
La lecture du matin.

07 h 00: à la Fourchette verte
«Voilà cinq ans que je suis secrétaire général de la Fédération Fourchette verte. C’est un projet auquel je tiens, car il permet à beaucoup de gens d’améliorer leur santé à moyen terme. Mon arrivée a été l’occasion de revoir mes préjugés sur les diététiciennes: j’ai découvert des personnes qui, comme moi, adorent bien manger!»

10 h 00: sur le terrain
«Aller au contact de la population, écouter, mais aussi expliquer, est essentiel pour moi. Le PSV vient de lancer une initiative pour alléger les primes maladie et il faut convaincre.»

Stéphane Montangero en train de distribuer des tracts en ville.
Stéphane Montangero en train de distribuer des tracts du PSV..

12 h 00: à table!
«J’aime rencontrer, discuter de projets autour d’un repas. Lisa Rübli, directrice adjointe de la Fondation Mère Sofia, m’apprend qu’il est possible pour les clients Migros de faire don de leurs points Cumulus à la fondation.»

Stéphane Montangero en train de discuter avec Lisa Rübli.
Stéphane Montangero se réjouit de la collaboration avec Cumulus.

14 h 30: à l’heure de la Belle Epoque
«Je me rends une fois par mois au conseil d’administration de la CGN. C’est une énorme fierté de pouvoir représenter les intérêts des employés d’une compagnie ayant l’une des plus belles flottes Belle Epoque du monde.»

Stéphane Montangero  en train de téléphoner devant un bateau de la CGN à quai.
Stéphane Montangero est fier de son engagement auprès de la CGN.

17 h 15: Apéro-bises
«Je passe vite coller un bec de félicitations à Rebecca Ruiz qui remplacera Josiane Aubert au Conseil national dès le mois de juin. Au PSV, nous avons la chance d’avoir une excellente relève.»

Stéphane Montangero en train de boire un verre sur une terrasse.
Rencontre entre collègues.

19 h 30: quartier général
«Rendez-vous au siège du Parti socialiste vaudois avec le secrétaire général Gaétan Nanchen pour évoquer les affaires courantes. Il est un maillon indispensable au bon fonctionnement du parti.»

Stéphane Montangero en train d'écouter un fichier sonore avec Gaétan Nanchen
Fin de journée dans une ambiance détendue.
Tomate anti-stress
Tomate anti-stress

Tomate anti-stress «Cette petite balle est mon remède au stress. Je la malaxe ou la lance contre le mur quand je suis au téléphone, ça me détend!»

Smartphone
Attention à la dépendance!

Smartphone addict
«Je suis totalement accro à mon téléphone portable, je lis mes mails et suis l’actu en continu, mais je me soigne!»

© Texte: Migros Magazine - Viviane Menétrey