Archives
28 octobre 2013

La femme qui touche le puck

Vice-présidente du HC Bienne, Stéphanie Mérillat aime le hockey passionnément, presque à la folie. Un prérequis indispensable pour s’imposer dans ce monde de mecs!

Stéphanie Mérillat, vice-présidente du HC Bienne.
Stéphanie Mérillat, vice-présidente du HC Bienne: «J’arrive à la patinoire trois quarts d’heure avant le début de la rencontre. Ça permet de boire un verre, de manger éventuelle­ment sur le pouce et de faire un peu de relations publiques. Et cela, en toute décontraction.»

«Mon histoire d’amour avec le Stade de Glace remonte à l’enfance, quand mon grand-père m’amenait aux matchs de hockey», raconte Stéphanie Mérillat, la vice-présidente du HC Bienne. A l’adolescence, elle tombe naturellement raide dingue d’un joueur.

J’avais des posters de Beat Cataruzza dans ma chambre!

Les études (elle possède une licence en économie d’entreprise) et le travail l’éloignent ensuite pour un temps des patinoires…

Heureux hasard, son retour à «Swatchville» coïncide avec la remontée de son équipe en Ligue nationale A. C’était le 9 avril 2008 exactement.

Dans l’euphorie de la fête qui suit, elle se fait l’avocate des Romands délaissés par son club auprès de ces messieurs du Conseil d’administration. Lesquels rétorquent: «Au lieu de râler, viens travailler avec nous!» Elle reprend le puck au bond.

Aujourd’hui, cette femme d’affaires (elle et son frère sont à la tête d’une société immobilière que leur a léguée feu leur père) est donc la vice-présidente du HC Bienne. Et demain, la présidente? «Ça fait partie de mes projets, mais je ne suis pas pressée!»

7 h Décollage en douceur

L’heure du réveil dépend d’Elsa, ma fille. La mise en route est un peu laborieuse, parce que je ne suis vraiment pas du matin. Avant d’être maman, mes journées ne démarraient d’ailleurs que rarement avant 9 heures…

9h Business is businessAprès avoir amené ma fille à la crèche, je me rends au bureau pour effectuer des tâches administratives. Pour l’entreprise, mais aussi pour moi et le HC Bienne. En fait, j’aime bien mélanger mes diverses activités.

Rendez-vous d’affaires

L’après-midi, je suis souvent en rendez-vous à l’extérieur. Ça peut être avec un fournisseur comme aujourd’hui ou avec la directrice du marketing du HC Bienne comme c’était le cas hier.

16h30 Séance cocooning

Je vais chercher mademoiselle à la crèche. On passe ensuite des moments sympas à la maison. Avec ma fille, j’ai dû apprendre à me poser. Ce n’est pas quelque chose de facile pour moi qui suis plutôt du genre hyperactive.

19 h Grigri à son pied

Les baskets dorées de Stéphanie Mérillat.
Les baskets dorées de Stéphanie Mérillat.

Pour les matches importants, difficiles ou décisifs, je mets mes baskets dorées. C’est mon côté superstitieux! Même si elles ne nous garantissent pas la victoire à 100%, elles nous ont quand même déjà souvent porté chance.

19h45 Coup d’envoi

Pendant le match, je redeviens une spectatrice lambda. J’exulte quand on joue bien, je m’énerve quand on joue mal, je râle sur l’arbitrage… Bref, j’affiche cette fameuse mauvaise foi qui caractérise les supporters, je la revendique même!

22 h Fin du match

Il y a deux cas de figure possible après un match. Soit on a perdu, on est déçu et on rentre rapidement à la maison. Soit on a gagné comme ce soir et on s’attarde un peu pour boire le gin tonic de la victoire! C’est une tradition immuable que je partage avec mon cercle d’amis proches.

Auteur: Alain Portner

Photographe: Michal Schorro