Archives
30 avril 2012

Sur les traces de David Guetta

Encore sur les bancs d’école, il anime déjà les plus grands dancefloors de Suisse et d’ailleurs. Fred Lilla, qui ajoute, la nuit, la particule DJ à son nom, est un talent à suivre...

Fred Lilla
Le jeune DJ a découvert la planète électro à 12 ans.

Il arrive avec son sweat à capuche, la mèche rebelle et les traits poupins de celui qui sort à peine de l’enfance. Et pourtant, Fred Lilla a déjà deux vies: étudiant le jour et DJ la nuit. A 19 ans même pas révolus, il fait pulser les basses sur les dancefloors du monde entier, de Zurich à Miami.

Pour reprendre l’histoire depuis le début, c’est à 12 ans qu’il découvre la planète électro. «Mon frère et moi, on achetait des tables de mixage juste pour scratcher.» De fil en boucles, il télécharge un programme pour produire sa propre musique. Deux ans plus tard, il sort ses premières compositions, aussitôt mises en ligne.

C’est génial de regarder les gens réagir à vos productions.

Très vite, ses morceaux rythmés avec leurs longues plages mélodiques atterrissent sur Beatport, référence de la musique électro sur le net. Et attirent l’attention des grosses pointures. L’affaire s’emballe. En 2009, Ali Ghassem devient son manager attitré et lui ouvre les portes du MAD, le temple de la house music. «C’était la première fois que je mixais devant un parterre et que je mettais les pieds dans ce club. C’est génial de regarder les gens réagir à vos productions.»

Mais le jeune homme ne se laisse pas éblouir par les spotlights. Et reprend sagement, chaque lundi, le chemin de l’école. Après les études, c’est sûr, il continuera à faire de la musique. Rien que de la musique. D’ailleurs, il les aime toutes, pour chaque humeur de la journée, des Beatles à Miles Davis, en passant par 50 Cent et Tchaïkovski. «Je ne suis pas un DJ bling bling. J’aimerais que les gens viennent pour mes créations, pas pour mon look.»

Ma passion

«Ma passion c’est la musique électronique. C’est l’aspect création qui me stimule. Quand je compose, tout est toujours nouveau. Je ne m’en lasse pas. En tout cas, je continuerai aussi longtemps que ça peut marcher. David Guetta a 44 ans et il est toujours dans le coup!»


Fred Lilla a fait du foot jusqu'à 16 ans.
Fred Lilla a fait du foot jusqu'à 16 ans.

Un sport

«Le foot représente une grosse partie de ma vie, puisque j’en ai fait jusqu’à l’âge de 16 ans. J’étais à deux doigts d’aller plus loin, mais je me suis tellement blessé, dont une déchirure des ligaments de la cheville, que j’ai arrêté. J’en avais marre de passer mes journées à l’hôpital!»


Ce casque lui permet d'entendre la chanson suivante quand il mixe.
Ce casque lui permet d'entendre la chanson suivante quand il mixe.

Un objet indispensable

«Depuis l’âge de 12 ans, je m’intéresse à la musique électronique. Quand je mixe, ce casque me permet d’entendre la chanson suivante, que je synchronise avec celle que les gens sur le dancefloor entendent. Ça me permet de faire les réglages. Mon casque, je ne le quitte jamais!»


Verbier, où ses parents ont un chalet. (Photo: swiss-image.ch/Franziska Pfenniger)
Verbier, où ses parents ont un chalet. (Photo: swiss-image.ch/Franziska Pfenniger)

Un lieu de ressourcement

«Mes parents ont un appartement à Verbier. Un endroit magnifique, où je fais du ski en hiver, du vélo et de la trottinette en été. Pour moi, c’est une ambiance très inspirante pour faire de la musique aussi, surtout en hiver quand tout est silencieux et que la neige tombe…»


Un coquillage ramassé en Corse, qui symbolise son goût du voyage.
Un coquillage ramassé en Corse, qui symbolise son goût du voyage.

Un souvenir

«J’ai trouvé ce coquillage en Corse et il représente mon goût du voyage. J’ai la chance d’avoir des parents qui nous ont fait beaucoup voyager, mon frère et moi, en Amérique du Nord, en Thaïlande, en Polynésie, et qui nous ont appris à aimer visiter les sites culturels. J’adore découvrir de nouveaux endroits et être dépaysé.»


Très gourmand, Fred Lilla a aussi un bon coup de fourchette.
Très gourmand, Fred Lilla a aussi un bon coup de fourchette.

Mon péché mignon

«Je suis gourmand, j’aime manger et je ne suis pas difficile. J’apprécie tout! Le menu idéal? Une salade de poulpe en entrée, des filets de perche en plat principal et des crêpes au dessert. Et j’ai un solide coup de fourchette!»

Auteur: Patricia Brambilla

Photographe: Laurent de Senarclens