Archives
17 février 2014

Sylvie Gonin ou l’excellence au Beau-Rivage Palace à Lausanne

Elue pour la deuxième fois concierge suisse de l’année en 2012, Sylvie Gonin évoque son bonheur de travailler dans un lieu d’exception.

Sylvie Gonin, chef concierge du Beau-Rivage Palace à Lausanne
Sylvie Gonin, chef concierge du Beau-Rivage Palace à Lausanne.

Discrétion, élégance, efficacité et empathie: ce sont sans doute ces qualités, parmi d’autres, qui ont permis à Sylvie Gonin d’être élue pour la seconde fois meilleure concierge d’hôtel suisse. C’était en 2012. «Ce prix me fait plaisir, mais il salue avant tout le travail d’une équipe et l’excellence du Beau-Rivage Palace », sourit cette femme aux clefs d’or qui dirige depuis 1995 la conciergerie du prestigieux cinq étoiles lausannois. «J’y avais travaillé quatre ans, mais j’étais dans un établissement montreusien lorsque la direction du Beau- Rivage Palace m’a proposé le poste. J’avais à peine 25 ans, et devenir l’une des premières cheffes concierges du pays m’apparut un beau défi.»

Un poste à deux facettes: la conciergerie elle-même, qui assure une présence 24 heures sur 24 en trois équipes. «Pour ma part, je prends souvent mon «shift» à 7 heures du matin, remplaçant parfois l’un ou l’autre collègue en horaire de nuit.» En tant que cheffe concierge, Sylvie Gonin a aussi la tâche de manager une équipe qui oscille entre douze et quinze personnes suivant la saison.

C’est un métier sans routine, et je suis heureuse de l’exercer dans cette maison d’excellence à laquelle je suis très attachée.

Sylvie Gonin se montre aussi très fidèle à ce coin de pays qui l’a vue naître. Un précieux atout dans son métier, où pouvoir satisfaire – et parfois surprendre – une clientèle forcément exigeante reste primordial. «Le poste de concierge prend nécessairement une importance beaucoup plus grande dans un palace. Et le Beau-Rivage est un vrai palace, riche d’une longue histoire et d’un cadre extrêmement privilégié.»

Une journée dans la vie de Sylvie Gonin

7h prise de service

Le concierge de nuit passe le témoin à Sylvie Gonin.
Le concierge de nuit passe le témoin à Sylvie Gonin.

«La loge fonctionne naturellement 24 heures sur 24. Pour ma part, je prends le plus souvent mon service à 7 heures. C’est le moment où mon collègue de la nuit me transmet les informations, les demandes et autres événements importants. Rien ne doit être laissé au hasard.»

8h30 briefing

Sylvie Gonin détaille le programme de la journée
Sylvie Gonin détaille le programme de la journée.

«L’équipe de la conciergerie travaille en harmonie avec les chasseurs (ndlr: qui secondent les concierges) et les chauffeurs. Nous avons donc un briefing chaque matin à 8 h 30 pour bien détailler le programme de la journée.»

10 h café avec un client

Sylvie Gonin converse autour d'un café avec un client fidèle.
Sylvie Gonin converse autour d'un café avec un client fidèle.

«Saluer, échanger quelques mots voire converser autour d’un café avec des clients fidèles reste primordial pour établir des relations de confiance. Et c’est cette confiance qui permet d’exaucer voire de précéder les désirs des uns et des autres. Nous avons des personnes qui viennent chez nous depuis près de septante ans.»

11 h travail administratif

Sylvie Gonin dans son bureau du Beau-Rivage Palace.
Sylvie Gonin dans son bureau du Beau-Rivage Palace.

«Notre métier est fait d’imprévus, nous devons en permanence anticiper et nous montrer réactifs. Un passeport perdu, un séjour ou une visite privée à organiser dans l’heure: pour répondre au mieux à chaque demande, il faut avoir un bon carnet d’adresses et savoir à qui téléphoner.»

14 h faire plaisir

«Un cinq étoiles comme le Beau-Rivage Palace joue un vrai rôle d’ambassadeur pour notre région. Et pour moi, tout bon employé de la loge doit l’assumer avec fierté et conviction Proposer des exclusivités, faire plaisir: il convient d’être à l’écoute, mais aussi de savoir surprendre.»

16 h à la page

Le parc du Musée olympique.
Le parc du Musée olympique.

«Se tenir au courant des nouveautés, des ouvertures ou des réouvertures, comme ici au Musée olympique voisin où nous envoyons souvent nos clients. C’est l’occasion pour eux d’une belle balade au bord du lac.»

© Migros Magazine - Pierre Léderrey