Archives
11 août 2014

Tapit: quand le téléphone remplace le porte-monnaie

Les trois grands opérateurs suisses ont lancé conjointement «Tapit», la première application sur smartphones permettant le paiement sans argent liquide.

Les smartphones  élargissent sans cesse leur éventail de fonctions.
Les smartphones élargissent sans cesse leur éventail de fonctions.

Quand je quitte la maison, je contrôle que j’ai emporté mes clés, mon porte-monnaie et mon téléphone. Demain, mon portable suffira!» C’est par ces quelques mots d’introduction qu’Urs Schaeppi, directeur général de Swisscom, a présenté devant la presse la nouvelle application Tapit qui permet de régler ses achats à l’aide de son smartphone et de la technologie NFC.

Grâce au kit prêté par les organisateurs de la conférence de presse, nous voilà armés pour réaliser notre premier achat. Direction la Migros la plus proche, dont toutes les caisses sont déjà équipées de bornes NFC. Notre achat ne dépassant pas les 40 francs, il suffit de placer notre téléphone à quelques centimètres de l’appareil de paiement pour que la somme soit rapidement débitée sur la carte de crédit déjà enregistrée dans l’appareil. Lorsque les montants sont plus importants, une fenêtre s’affiche sur l’écran du téléphone, invitant à entrer son code PIN. La simplicité promise est effectivement au rendez-vous.

Une technique au public encore restreint

Le système est opérationnel depuis le 1er juillet pour les clients Swisscom. Les abonnés Orange et Sunrise devront encore patienter au plus tard jusqu’à la fin de 2014. Tapit ne fonctionne qu’à partir d’un smartphone équipé de la technologie NFC, ce qui est le cas de la plupart des modèles Samsung et HTC. Le système est encore en phase de développement pour Iphone.

Sécurité oblige, il faut une nouvelle carte SIM pour bénéficier de Tapit, car c’est là, et non dans la mémoire du téléphone, que sont sauvegardées les données des cartes de crédit. Pour l’instant, le système n’est compatible qu’avec les cartes Visa de Cornèrcard. D’autres émetteurs suivront cependant rapidement.

© Migros Magazine – Alexandre Willemin

Auteur: Alexandre Willemin