Archives
23 juillet 2012

Terroir-caisse

Cette semaine, Martina Chyba part en campagne contre l'injustice faite aux citadins pendant la pause d'été (surtout).

Martina Chyba, 
journaliste 
et productrice, RTS
Martina Chyba, 
journaliste 
et productrice, RTS

C’est l’été. La saison durant laquelle les politiciens font semblant d’aimer le groin de porc vinaigrette, le rouge qui tache et la randonnée. La saison durant laquelle tout le monde s’extasie devant des images de villages pittoresques avec des vieux messieurs barbus qui font du fromage et des vieilles dames en fichu qui disent du mal des jeunes. La saison durant laquelle le téléspectateur regarde soit des best of soit des émissions agricoles. Chaque hiver on découvre qu’il existe des SDF. Chaque été on découvre qu’il existe des paysans. Tout l’été, la bouse on se la prend en intraveineuse, j’avoue que des fois, ça me donne de furieuses envies de respirer une bonne bouffée de gasoil.

Ce qu’on nous vend (parce que rien n’est gratuit, le terroir est un business comme un autre), ce sont des gens soi-disant authentiques. Ben oui vous comprenez, les citadins ne sont pas de vraies gens, ils sont pourris-gâtés, accros à la consommation, à la malbouffe, à leurs écrans, berk. Alors que les paysans, eux, se lèvent tôt pour s’occuper des bêtes, vivent en plein air, ne gagnent pas beaucoup d’argent, ne partent pas en vacances gna gna gna c’est trop chou. Mais bon, prenez une infirmière aux urgences, par exemple et au hasard, elle aussi a des horaires infernaux, elle aussi est payée au lance-pierre, accessoirement elle sauve la vie des gens… et on n’en fait pas tout un fromage (d’alpage) chaque été. Pas assez bucolique sans doute…

Si c’est si génial la vie rurale, pourquoi tout le monde veut-il habiter en ville?

Je pose une question: finalement pourquoi une créature de sexe indéterminé, fashion et illettrée, qui participe à Secret Story 5,6 ou 7 serait-elle moins «authentique» qu’un péouze de l’Amour est dans le pré, illettré lui aussi, qui cherche une femme pour le ménage et le devoir conjugal, en précisant que de toute façon «les vaches passeront toujours avant»?

Je pose une deuxième question: si c’est si génial la vie rurale, pourquoi (la tendance est nette sur l’ensemble de la planète) tout le monde veut-il habiter en ville? Au mois de juin, une étude suisse a démontré que malgré la pollution, le stress et tout, on vit plus vieux en ville qu’à la campagne. Authentique? Et toc. D’ailleurs, je pars de ce pas me ressourcer à Washington. C’est vrai en plus. Bon été.

Auteur: Martina Chyba