Archives
25 avril 2016

Testament: une utilité universelle

J’ai 35 ans et la moitié de ma vie devant moi. D’un autre côté, aujourd’hui pourrait aussi être mon dernier jour sur cette terre. C’est un fait: en Suisse, une personne sur vingt meurt avant l’âge de 50 ans.

Dois-je donc penser à ma propre mort? Ou à ce qui va se passer lorsque je ne serai plus là? À ce qui va advenir de mes enfants, ma maison, mon argent? J’y ai réfléchi et ai interrogé mes amis à ce sujet.

L’exemple de Christian
Christian a 38 ans et il n’a pas de testament car il pense que l’argent ne jouera plus aucun rôle après sa mort. En l’absence de testament, l’héritage de Christian sera partagé conformément au code civil. Ses éventuels souhaits particuliers, même s’il les a confiés à sa concubine, ne pourront pas être pris en compte. Christian n’est pas marié et il n’a pas d’enfants. S’il n’a aucun parent pouvant prétendre à sa succession au moment de sa mort, l’ensemble de son patrimoine reviendra à l’État.

L’exemple de Nicole
Nicole a 42 ans et elle a rédigé un testament lorsqu’elle a eu un cancer du sein. À l’époque, elle avait beaucoup réfléchi à la mort. Avant l’opération à l’hôpital, elle a rédigé son testament pour que ses volontés soient respectées et aient une validité même après sa mort. Nicole est prévoyante et très responsable. Elle s’est demandé: que se passerait-il si je mourais? Elle souhaitait apporter à cette question des réponses réfléchies pour ses proches, et éviter ainsi toute querelle de succession. Aujourd’hui, Nicole a retrouvé la santé. Elle conserve son testament à la maison.

Un testament peut éviter aux proches de se disputer pour des questions d’héritage après un décès. Mais faire un testament a-t-il toujours du sens? Voici quelques objections fréquentes et les réponses que l’on peut y apporter:

Chez moi, il n’y a pas grand-chose à hériter, de toute façon!
Malgré cela, un testament peut aussi représenter un soulagement pour les proches. Au-delà des questions d’argent ou de maisons, on peut indiquer dans ses dernières volontés qui doit, par exemple, hériter d’un animal domestique ou d’une collection de vins.

Je suis trop jeune pour un testament!
Aucun adulte n’est trop jeune pour un testament. En réalité, il n’est jamais trop tôt pour rédiger un testament, mais à un moment donné, il est trop tard.

Je veux encore pouvoir changer d’avis!
Ce n’est pas un problème. Un testament n’est pas gravé dans le marbre. Si l’on change d’avis, il suffit de le modifier ou de l’annuler.
J’ai 35 ans et peut-être la moitié de ma vie devant moi. Après mûre réflexion, plus rien ne s’oppose pour moi à la rédaction d’un testament. C’est pourquoi je vais le faire prochainement.

Life Coach de la Bâloise

Auteur: Advertorial