Archives
25 mars 2013

Tiens, voilà du bouddha!

Martina Chyba se demande pourquoi il est nécessaire d'acheter un billet pour aller voir le Dalaï Lama lors de son passage en Suisse en avril.

Martina Chyba, journaliste et productrice à la RTS.
Martina Chyba, journaliste et productrice à la RTS. (Photo: Production photo RTS)

Amateurs de zénitude et de détachement, mettez-vous dans l’ambiance, allez zou, tous en position du lotus et ommmmmm sweet ommmmm… Il s’agit en effet de fêter dignement la prochaine arrivée du dalaï-lama en Suisse. Une de mes copines un peu peace et un peu sur la planète Sirius en est déjà quasiment au stade du nirvana: «Tu te rends compte que le bouddhisme c’est la seule religion qui a réussi à s’imposer sans violence…»

Ouais. Ça dépend si on considère qu’une théocratie, ce qu’était le Tibet jusqu’à récemment, est une violence ou pas. Aïe. Fallait pas lui répondre un truc comme ça. Parce que le Tibet c’est forcément rose bonbon ou plutôt orange bonbon, avec Richard Gere et sa pub pour Lancia sur le Toit du Monde, entouré de petits enfants colorés courant autour de lui. Donc, ma copine s’est énervée, je lui ai dit que ce n’était pas très zen comme attitude et bon, on n’ira pas boire le thé au beurre de yak ensemble ces prochaines semaines, c’est compliqué la vie.

Heureusement j’ai vite retrouvé ma bonne humeur en lisant Le Matin Dimanche cahier culture. Après une grande page de publicité pour les spectacles de Michel Sardou, Roch Voisine, Scooby-Doo et Chimène Badi, une autre grande page annonce «Dalaï Lama Switzerland 2013, 13 et 14 avril deux jours d’enseignement à Fribourg billets disponibles dans tous les points de vente Ticketcorner». Sa Sainteté sur Ticketcorner c’est marrant non? Les lamas sont réputés pour cracher sur plein de trucs, mais pas sur un petit cacheton, apparemment. Ce en quoi le dalaï-lama est parfaitement en phase avec la société contemporaine, il faut lui laisser ça. D’ailleurs, il va peut-être se réincarner en trader de l’UBS, qui sait?

Non, la question que je me pose en ces temps d’actualité religieuse intense (et il faut reconnaître qu’entre le mariage gay et le nouveau pape, les catholiques ont tué le match question occupation du terrain médiatique cette année) est la suivante: si le pape proposait des conférences ou des prières communes ou un tour de chant François World Tour, à réserver à la billetterie FNAC, on dirait quoi?
Je vous laisse méditer.

Nos chroniqueurs sont nos hôtes. Leurs opinions ne reflètent pas forcément celles de la rédaction.

Auteur: Martina Chyba