Archives
18 mars 2013

Ton vert, il est de quelle couleur?

Comme 8% des hommes, José Meillaud est daltonien. Cette anomalie de la vision des couleurs l’empêche de voir les fruits d’un cerisier.

daltonisme
(Illustration: François Maret)

Je suis allé acheter ma nouvelle voiture tout seul. Elle est d’un superbe vert métallisé. Quand je l’ai montrée à ma femme, elle a souri et m’a dit: «Elle est grise ta voiture!»

José Meillaud, honorable banquier de 60 ans, rigole de tous les tours que lui joue son daltonisme. Il parle avec poésie et beaucoup d’humour de son handicap un peu gênant, mais qui ne lui empoisonne pas la vie. «On s’en accommode parfaitement: c’est juste un peu sournois parce que tu ne te rends pas compte que tu as un problème, mais ton entourage si!»

Marie-Claire Gaillard, spécialiste FMH en ophtalmologie à Sion et médecin hospitalier à l’Hôpital Jules-Gonin, à Lausanne (Photo: LDD)
Marie-Claire Gaillard, spécialiste FMH en ophtalmologie à Sion et médecin hospitalier à l’Hôpital Jules-Gonin, à Lausanne (Photo: LDD)

Anomalie congénitale de la vision des couleurs, le daltonisme touche 8% des hommes et seulement 0,4% des femmes. Mais «son dépistage n’est pas systématique chez l’enfant, puisqu’on estime qu’à peu près 30% des daltoniens sont découverts entre 13 et 14 ans et 55% après l’âge de 45 ans», explique Marie-Claire Gaillard, spécialiste FMH en ophtalmologie à Sion et médecin hospitalier à l’Hôpital Jules-Gonin, à Lausanne.

Enfant, il dessinait des lacs violets

Pour José Meillaud, son problème avec les couleurs a été découvert à l’école primaire. «Durant le cours de dessin, je dessinais des lacs violets plutôt que bleus.» En fait, José Meillaud peine à distinguer les couleurs – tout particulièrement les verts, rouges et leurs dérivés – surtout quand elles sont mélangées ou pastel, vues de loin ou couvrant de petites surfaces. «Sur un cerisier, je suis incapable de distinguer les cerises; pour moi, c’est une grande masse verte.»

Les feux rouges ne lui posent en revanche pas de problème, «car ils sont généralement de couleurs assez vives et de formes différentes». Mais des feux d’artifice, il ne voit que la lumière. Et sur un arc-en-ciel, il n’aperçoit qu’une grande bande lumineuse avec une tendance jaune-orangé d’un côté, bleutée de l’autre, rien au milieu.

œuf brun
œuf brun.

Bon, comme ce Vaudois n’avait pas l’ambition de devenir pilote d’avion ni mécanicien sur locomotive, son daltonisme ne s’avère donc pas un lourd handicap. Juste parfois un brin perturbant.

«Plus d’une fois par semaine, j’ai un problème avec les habits: je dois demander à ma femme quelle cravate accorder avec quelle chemise et quelle veste.» Il ne va plus non plus s’acheter des vêtements seul.

«Je me trompe parfois, c’est tout. J’ai en outre pris l’habitude d’être sur la retenue pour éviter d’être la risée de tout le monde en faisant des commentaires sur ce que je vois…» Bien sûr, visiter les expositions de peinture ne l’intéresse guère: mais des passions, José Meillaud en a heureusement bien assez d’autres!

Test d'Ishihara. (Photo: DR)
Test d'Ishihara. (Photo: DR)
Test d'Ishihara. (Photo: DR)
Test d'Ishihara. (Photo: DR)
Test d'Ishihara. (Photo: DR)
Test d'Ishihara. (Photo: DR)
Test d'Ishihara. (Photo: DR)
Test d'Ishihara. (Photo: DR)

Test d'Ishihara: une personne saine reconnaît un signe sur un fond de couleur différente. (Photo: DR)

Auteur: Isabelle Kottelat