Archives
17 décembre 2012

Tous aux abris, si vous en avez encore un!

Depuis le début de cette année, la loi sur les abris antiatomiques s’est assouplie. Désormais, seuls les immeubles comptant plus de trente-huit pièces devront en avoir un, dans les régions où il en manque.

Dessin d'un garçon caché dans une cave et lisant à la lumière d'une bougie
En matière d’abris anti­atomiques, la loi s’est assouplie depuis le début de 2012.

C’est quand même fou qu’on puisse en gagner un à une époque où, justement, leur construction n’est plus obligatoire… En France, un concours joliment intitulé «Familles Apocalypse – Etes-vous prêts?» permet de gagner un bunker de 25 tonnes tout équipé. Pas pour Noël, mais pour la fin du monde agendée au 21 décembre.

Là, ce sont les Français qui nous font bien rire. Ces mêmes voisins qui sur le sujet des abris antiatomiques savent assez taxer les petits Suisses de complètement paranoïaques dans leur île de sécurité au milieu de l’Europe, parce qu’ils sont obligés d’en intégrer un au sous-sol de leur maison s’ils en construisent une. A tout bien réfléchir, tous les étrangers amenés à découvrir les portes blindées au fond de nos villas rigolent bien.

Enfin, moins maintenant. Depuis le début de cette année, la loi s’est assouplie. Cinquante ans après l’entrée en vigueur d’une mesure prise en pleine guerre froide (1963), où on craignait l’attaque des Soviets, ce n’est pas qu’on arrive enfin à vivre sans abri antiatomique, mais on ne va plus en rajouter. Championne du monde du calfeutrage avec ses 8,6 millions de places sécurisées, la Suisse est déjà couverte à 110%!

On continuera pourtant d’en construire – cela rassurera la majorité des Suisses qui pensent que c’est indispensable – mais plus au fond de chaque nouvelle villa. A la place, il faudra payer. Mais même la taxe de compensation a baissé. Désormais, donc, seuls les immeubles comptant plus de trente-huit pièces devront avoir leur abri et dans les régions où il en manque. Les cantons de Berne, Jura, Vaud ou du Valais sont relativement bien lotis avec 100% ou plus de couverture en termes d’abris privés ou publics; Fribourg (91%), Neuchâtel (85%) ou Genève (77%) un peu moins. Et les villes ou certains villages en manquent cruellement, là où il y a de vieux centres historiques et peu de constructions, comme la Cité du Jet d’eau (57%), Boudevilliers NE (47%), Lajoux JU (35%) ou Les Thioleyres VD avec 21% seulement.

Si vous habitez par là, pour la fin du monde, réfugiez-vous chez les voisins…

Auteur: Isabelle Kottelat

Photographe: Konrad Beck